En ce moment
 
 

Conflit au Yémen - Les rebelles Houthis envisagent d'arrêter toutes les attaques contre l'Arabie

(Belga) Les rebelles Houthis du Yémen ont annoncé vendredi soir envisager l'arrêt toutes les attaques contre l'Arabie saoudite dans le cadre d'une initiative de paix destinée à mettre fin à un conflit de cinq ans.

Le président du Conseil politique des Houthis (équivalent au président de la République), Mehdi Machat, a annoncé dans un discours à l'occasion de la prise par les rebelles de la capitale Sanaa le 21 septembre 2014 "l'arrêt de toutes les attaques contre le territoire de l'Arabie saoudite", en espérant que "ce geste aura pour réponse un geste plus fort" de la part des Saoudiens, a rapporté la télévision Al-Massirah des rebelles Houthis. Il s'agit, selon lui, d'une initiative "pour parvenir à la paix par le biais de négociations sérieuses en vue d'achever une réconciliation nationale globale qui n'exclut personne". L'initiative vise, a-t-il ajouté, à "préserver le sang des Yéménites et à parvenir à une amnistie générale". Elle engage les rebelles à "cesser toutes les attaques contre le territoire saoudien par des drones, des missiles balistiques et d'autres moyens". "Nous attendons de cette initiative une meilleure réponse qui comporte l'arrêt de toutes les attaques et tous les raids aériens de nos territoires", a ajouté le dirigeant rebelle. "Poursuive la guerre n'est dans l'intérêt de personne", a ajouté le dirigeant rebelle, en demandant la réouverture de l'aéroport international de Sanaa et l'accès libre au port stratégique de Hodeida dans l'ouest du Yémen, essentiel pour l'arrivée de l'assistance humanitaire et les importations générales du pays. Les rebelels Houthis ont revendiqué le 14 septembre des attaques ayant provoqué des incendies dans deux sites dans l'est du royaume saoudien: l'usine d'Abqaiq, la plus grande au monde pour le traitement de pétrole, et le champ pétrolier de Khurais. Elles ont entraîné une chute de moitié de la production saoudienne, soit environ 6% de l'approvisionnement mondial. (Belga)

Vos commentaires