En ce moment
 
 

Crimes contre l'humanité: un chef rebelle tchadien inculpé à Paris

(Belga) Un important chef rebelle tchadien, opposant au président Idriss Déby Itno, a été mis en examen (inculpé) vendredi soir à Paris dans le cadre d'une enquête ouverte voici deux ans pour crimes contre l'humanité concernant des opérations de recrutement d'enfants-soldats au Tchad et au Soudan.

Interpellé lundi matin, le général Mahamat Nouri a été inculpé pour "crimes contre l'humanité" et "participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un crime contre l'humanité", puis placé en détention provisoire, a-t-on appris de source judiciaire. Un deuxième suspect, l'opposant Abakar Tollimi, a lui aussi été présenté à des juges d'instruction mais il a été placé sous le statut intermédiaire de témoin assisté. Selon le ministère public, ils sont "soupçonnés d'avoir diligenté des opérations de recrutement forcé de combattants, dont des mineurs", au Tchad et dans la province frontalière soudanaise du Darfour entre décembre 2005 et juillet 2010. "On sait qu'il y a eu des exactions au Tchad entre 2005 et 2010, et notamment des enfants dans des groupes armés, mais mon client conteste que cela ait été le cas dans son propre groupe", a réagi auprès de l'AFP Me Elise Le Gall, l'avocate du chef rebelle. Elle a ajouté qu'elle allait demander la nullité de la mise en examen et faire appel du placement en détention provisoire de son client. Agé de 72 ans, le général Mahamat Nouri, considéré comme l'un des plus influents chefs rebelles tchadiens, avait été arrêté à son domicile du Val-de-Marne, près de Paris, tandis que les deux autres suspects, Abakar Tollimi et Abderahmane Khalifa Abdelkerim, l'avaient été au même moment en Mayenne et Indre-et-Loire (centre). Abderahmane Khalifa Abdelkerim a été remis en liberté mercredi soir "en l'absence d'éléments incriminants", selon le parquet. Les interpellations avaient été effectuées dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte par le parquet le 10 mai 2017 à la suite d'un signalement de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra). C'est auprès de cet organisme que le chef rebelle avait déposé une demande d'asile, qui avait été rejetée. Le pôle crimes contre l'humanité et crimes de guerre du tribunal de Paris s'est saisi de ce dossier en vertu d'une compétence universelle qui l'autorise à poursuivre des suspects s'ils sont sur le territoire français. (Belga)

Vos commentaires