En ce moment
 

Crise au Venezuela - Le président autoproclamé Guaido appelle à manifester mercredi et samedi

Crise au Venezuela - Le président autoproclamé Guaido appelle à manifester mercredi et samedi

(Belga) Le président autoproclamé du Venezuela, Juan Guaido, a appelé dimanche à deux nouvelles manifestations, mercredi et samedi, contre le président élu Nicolas Maduro et en faveur de l'organisation d'élections libres.

S'exprimant en direct dans une vidéo sur Twitter, le chef du Parlement, seule institution du Venezuela contrôlée par l'opposition, a appelé d'abord à une mobilisation "pacifique" mercredi pour paralyser le pays, puis à une "grande mobilisation nationale et internationale" le samedi. "Mercredi de midi à 14h, partout au Venezuela nous descendrons dans les rues (...) pour exiger des forces armées qu'elles se mettent du côté du peuple, et samedi (nous appelons à) une grande mobilisation dans tout le Venezuela et le monde pour accompagner le soutien de l'Union européenne et l'ultimatum", a déclaré dimanche soir le député de droite de 35 ans, chef du Parlement. Six pays européens (Espagne, France, Allemagne, Royaume-Uni, Portugal, Pays-Bas) ont donné samedi à Nicolas Maduro huit jours pour convoquer des élections, faute de quoi ils reconnaîtront Juan Guaido comme président. L'ultimatum expirera dimanche. L'Union européenne a brandi pour sa part une menace plus floue: elle "prendra des mesures" si des élections ne sont pas convoquées "dans les prochains jours", y compris concernant "la reconnaissance du leadership" dans le pays. Samedi, "nous célébrerons ce soutien inédit du monde entier à notre cause, mais aussi en comptant sur le fait que sera sur le point d'expirer l'ultimatum de l'Union européenne (sic), pour parvenir à la fin de l'usurpation, au gouvernement de transition et à la convocation d'élections libres", s'est félicité Juan Guaido. Jusqu'à présent, Nicolas Maduro se montre inflexible. "Personne ne peut nous donner d'ultimatum", a-t-il déclaré à la chaîne CNN Turk. Encouragé par le soutien international, Juan Guaido cherche à fissurer la loyauté de l'armée, essentielle au maintien au pouvoir de Nicolas Maduro depuis 2013. La liste des soutiens internationaux de M. Guaido ne cesse de s'allonger: après Israël, c'est l'Australie qui a annoncé dimanche le reconnaître comme président par intérim "jusqu'à ce que des élections se tiennent". Mais Caracas garde des amis à l'étranger, notamment la Russie, qui a exigé "la fin" d'"une ingérence cynique et non-dissimulée dans les affaires d'un Etat souverain". Dans son camp se trouvent aussi la Chine, la Corée du Nord, la Turquie, le Nicaragua et Cuba notamment. (Belga)

Vos commentaires