En ce moment
 

Rohingyas: l'armée birmane hausse le ton contre l'ONU

L'ONU "n'a pas le droit d'interférer" dans les affaires birmanes, a affirmé lundi le chef de l'armée Min Aung Hlaing, que les Nations unies souhaitent voir poursuivre pour le "génocide" des musulmans rohingyas.

L'homme le plus puissant de Birmanie réagissait pour la première fois à un rapport cinglant d'une mission d'enquête de l'ONU, publié la semaine dernière, qui accuse également les militaires birmans de "crimes contre l'humanité" et de "crimes de guerre".

"Aucun pays, aucune organisation et aucun groupe n'a le droit d'interférer" dans la politique de notre pays, a affirmé Min Aung Hlaing, 62 ans, dans le journal officiel de l'armée.

Il a balayé l'hypothèse d'un éventuel retrait des militaires de la vie politique, demandé par la mission onusienne.

"Les pays à travers le monde choisissent le système démocratique qui leur convient (...) La Birmanie est sur la voie du multipartisme démocratique", a-t-il assuré. Il a précisé que l'armée resterait très impliquée tant que les conflits avec les multiples rébellions ethniques du pays - dont certains durent depuis près de 70 ans - ne seraient pas réglés.

A New York, en marge de l'Assemblée générale annuelle de l'ONU, une douzaine de ministres des Affaires étrangères ont été réunis lundi par le chef de la diplomatie britannique, Jeremy Hunt, pour parler de la Birmanie.

- Don américain -

"Si d'ici un an, nous n'avons pas modifié de manière substantielle la vie du million de personnes concernées" par la crise des Rohingyas, "alors nous aurons échoué comme communauté internationale", a-t-il dit. Le ministre a réclamé lors de cette rencontre des "actions urgentes" pour les Rohingyas en Birmanie et exilés au Bangladesh.

Il a aussi demandé, devant des représentants birmans présents à la réunion, que les responsables militaires d'atrocités soient traduits en justice.

Lors de la rencontre, les Etats-Unis ont annoncé un don de 185 millions de dollars pour les réfugiés Rohingyas.

Malgré l'arrivée au pouvoir en 2016 du gouvernement civil d'Aung San Suu Kyi, les militaires conservent une place centrale dans le régime politique birman.

Ils contrôlent trois ministères régaliens - Défense, Intérieur, Frontières - et se réservent un quart des sièges au Parlement, ce qui leur permet de bloquer tout amendement constitutionnel susceptible de limiter leurs pouvoirs.

Les enquêteurs de l'ONU ont demandé que six hauts responsables de l'armée, dont Min Aung Hlaing, soient poursuivis devant la justice internationale.

Plus de 700.000 Rohingyas, minorité ethnique musulmane, ont fui en 2017 les violences des militaires birmans et de milices bouddhistes et se sont réfugiés au Bangladesh voisin où ils vivent depuis dans d'immenses campements de fortune.

"Assassinats", "disparitions", "tortures", "violences sexuelles", "travail forcé": le rapport dresse une longue liste d'exactions à leur encontre qui constituent "les crimes les plus graves au regard du droit international".

L'armée birmane rejette ces accusations, assurant que sa campagne visait des rebelles rohingyas après des attaques meurtrières contre des postes de police en août 2017.

Les propos de Min Aung Hlaing interviennent dans un contexte de grande tension entre la Birmanie et la communauté internationale.

- Examen par la CPI -

Outre le rapport de l'ONU, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a annoncé la semaine dernière l'ouverture d'un examen préliminaire dans ce dossier, première étape d'un processus pouvant aboutir à une enquête formelle du tribunal basé à La Haye et, éventuellement, à des accusations.

Les experts estiment toutefois que cette procédure sera longue et semée d'embûches.

Min Aung Hlaing avait l'habitude de faire sa promotion sur les réseaux sociaux. Mais ses deux comptes sur Facebook, qui comptabilisaient à eux deux plus de 4 millions d'abonnés, ont été fermés fin août pour "violation des droits de l'homme". La plate-forme russe VKontakte (VK) a également bloqué sa page en septembre.

Aung San Suu Kyi n'a à ce jour pas réagi au dernier rapport de l'ONU. Très critiquée pour ses silences sur la crise des Rohingyas, la prix Nobel de la Paix n'a pas été épargnée par l'ONU qui déplore qu'elle n'ait "pas utilisé sa position de facto de chef du gouvernement, ni son autorité morale, pour contrer ou empêcher" les violences.

Quelques jours avant le rapport final de l'ONU, Aung San Suu Kyi s'était contentée de dire que l'armée aurait pu "mieux gérer" la crise.

Vos commentaires