En ce moment
 
 

Elon Musk dit être menacé par le chef de l'agence spatiale russe: "Si je meurs dans des circonstances mystérieuses..."

Elon Musk dit être menacé par le chef de l'agence spatiale russe: "Si je meurs dans des circonstances mystérieuses..."
(c)BELGA
 
 

Depuis le début de la guerre en Ukraine, le milliardaire Elon Musk, 50 ans, ne cache pas son soutien au peuple du président Zelensky.  Début mars, il a répondu à un appel à l'aide d'un responsable ukrainien et a activé le service internet par satellite Starlink en Ukraine. Ce système qui comporte une constellation de plus de 2.000 satellites en orbite terrestre basse, permet de transmettre des connexions Internet à des paraboles du monde entier. Une connexion internet est donc possible pour les Ukrainiens, même dans les zones frappées par les assauts de l'armée russe.

Dimanche soir, Elon Musk a tweeté les informations fournies par Dmitri Rogozine, le chef de l'agence spatiale russe Roscosmos, aux médias russes. Rogozine a lui-même publié la déclaration sur Telegram. Il accuse Musk d'avoir fourni des équipements Starlink à ce qu'ils appellent le "bataillon nazi Azov" ainsi qu'à des branches de l'armée ukrainienne, "et pour cela, tu devras répondre de manière adulte, Elon, peu importe à quel point tu feras le fou".

Le patron de Tesla qui est connu pour ne pas garder sa langue dans sa poche, a répondu, comme il le fait souvent: "Si je meurs dans des circonstances mystérieuses, ça m'a fait plaisir de t'avoir connu".

Le milliardaire a déclaré qu'ils avaient "résisté aux tentatives de piratage et de brouillage" des Russes en avril et qu'ils concentraient les efforts de SpaceX sur des contre-mesures – au détriment d'autres projets.

Rogozine, s'est vanté ce dimanche, que "la Russie pourrait détruire tous les pays de l'OTAN "en une demi-heure, rapporte le Daily Mail.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'twitter' pour afficher ce contenu.
Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'twitter' pour afficher ce contenu.


 

Vos commentaires