En ce moment
 

Géorgie: le ministre des Finances proposé au poste de chef du gouvernement

(Belga) Le parti au pouvoir en Géorgie a annoncé jeudi avoir proposé le ministre des Finances, Mamouka Bakhtadze, au poste de chef du gouvernement de cette ex-république soviétique du Caucase, après la démission la veille du très impopulaire Premier ministre Guiorgui Kvirikachvili.

La candidature de M. Bakhtadze, 36 ans, devrait être entérinée sans surprise par le président géorgien, qui a des fonctions essentiellement protocolaires et a deux jours pour signer un décret approprié, selon la législation géorgienne. "Nous allons réaliser le choix historique du peuple géorgien de s'intégrer à l'espace euro-atlantique", a assuré Mamouka Bakhtadze lors d'un point de presse au QG du parti au pouvoir, Rêve géorgien, en promettant d'oeuvrer pour l'adhésion de la Géorgie à l'Union européenne et à l'Otan. Ancien PDG des Chemins de fer géorgiens, il a prôné des "réformes fondamentales et innovatrices visant à créer un nouveau modèle économique qui va concerner chaque citoyen". Guiorgui Kvirikachvili a annoncé mercredi sa démission à la suite d'une série de mouvements de mécontentement, notamment des manifestations provoquées par des accusations de trafic d'influence au sein de l'appareil judiciaire. Lors d'un discours à la télévision, il a indiqué que sa décision était également motivée par "des désaccords fondamentaux" avec le président du parti au pouvoir, le très influent milliardaire et ex-Premier ministre Bidzina Ivanichvili. Selon la Constitution géorgienne, cette démission entraîne celle de l'ensemble du gouvernement. Plus grande fortune de Géorgie, M. Ivanichvili a été Premier ministre d'octobre 2012 à novembre 2013. Il a fait son retour en politique en mai, reprenant la tête du parti Rêve géorgien, qu'il a fondé et qui est au pouvoir depuis 2012. Ce parti a remporté les élections législatives de 2016, devant le Mouvement national unifié (MNU) de l'ancien président géorgien en exil Mikheïl Saakachvili, qui avait dominé la politique du pays pendant près d'une décennie, jusqu'en 2012. (Belga)

Vos commentaires