En ce moment
 
 

Handicap: les principales annonces d'Emmanuel Macron

Handicap: les principales annonces d'Emmanuel Macron

Places supplémentaires dans les structures spécialisées, extension des aides, numéro d'appel pour les familles: voici les principales mesures annoncées mardi par Emmanuel Macron à l'occasion de la Conférence nationale du handicap (CNH).

Scolarité et apprentissage

Dans les écoles, 11.500 postes d'accompagnants supplémentaires seront créés d'ici à 2022, s'ajoutant aux 66.000 prévus à la fin de l'année. "Plus aucun enfant" ne doit être sans solution de scolarisation à la prochaine rentrée scolaire, a souhaité le chef de l'Etat.

Le gouvernement veut par ailleurs promouvoir l'apprentissage comme solution d'accès à l'emploi pour les jeunes en situation de handicap, avec un objectif de 10.000 apprentis d'ici fin 2021, contre 4.000 aujourd'hui.

Ligne téléphonique

Un "numéro unique d'appui", le 360, sera mis en place en 2021 pour répondre à l'angoisse des familles qui cherchent une prise en charge pour leur proche handicapé. Les appels seront traités par une "équipe de proximité" qui devra "trouver une solution d'accompagnement, éventuellement d'abord temporaire et jusqu'à la solution définitive", indique le gouvernement, précisant que "400 équipes seront créées d'ici 2022".

Places supplémentaires dans les établissements

Mille places supplémentaires seront créées d'ici deux ans dans les structures spécialisées, pour tenter d'endiguer le phénomène des départs contraints vers des établissements en Belgique, principalement de la part de personnes résidant en Ile-de-France, dans les Hauts-de-France et dans le Grand-Est.

Ce type d'exil n'est "pas décent pour une nation comme la nôtre", a souligné Emmanuel Macron, qui souhaite qu'il n'y ait plus, "d'ici fin 2021, aucun départ contraint de personne handicapée vers l'étranger", ce qui est "complètement atteignable" selon lui.

En outre, 2.500 places dites "de transition" en établissements ou services seront créées à destination de personnes handicapées qui souhaitent intégrer le milieu ouvert, tout en gardant la possibilité de revenir dans leur établissement d'origine.

Aides ménagères et à la parentalité

Le dispositif de la prestation de compensation du handicap (PCH), qui permet de financer des aides, humaines ou matérielles, sera étendu dès l'an prochain de manière à couvrir les aides à la parentalité, comme l'assistance apportée par un tiers à un parent handicapé pour s'occuper de son jeune enfant. Il s'agit d'éviter que "des personnes renoncent à devenir parents en raison de leur handicap", a souligné le président.

En outre, la PCH sera élargie pour mettre fin à "l'absurdité" de la situation actuelle, qui voit les personnes handicapées éligibles à une aide financière pour rémunérer la personne qui les aide à prendre leur repas, mais pas pour celle qui "prépare leur repas ou lave leur assiette", selon M. Macron.

Le surcoût induit par ces nouvelles aides sera pris en charge par l'Etat - et non par les départements.

Vie sexuelle

Le gouvernement a saisi ce week-end le Comité consultatif national d'éthique sur la délicate question du recours à des "assistants sexuels" pour les personnes handicapées, une activité aujourd'hui assimilée, d'un point de vue juridique, à la prostitution.

Cette question "ne doit pas être un tabou", a estimé le président.

Délais de traitement

Les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) recevront 50 millions d'euros supplémentaires, sur les deux ans qui viennent, pour pouvoir répondre plus rapidement aux demandes des familles pour l'octroi d'une aide financière, d'une orientation scolaire ou d'une simple carte de stationnement.

L'objectif est de désengorger les files d'attente et de résorber des différences de délai très importantes d'un département à l'autre.

Accessibilité

Un millier de jeunes en service civique seront recrutés comme "ambassadeurs" de l'accessibilité des lieux recevant du public: ils iront à la rencontre des commerçants ou des responsables d'établissements pour les aider à se mettre aux normes.

Sur ce sujet, Emmanuel Macron a appelé les Français à "bousculer" les candidats aux municipales de mars sur "leur capacité à apporter des réponses concrètes et tangibles" aux personnes handicapées dans les villes.

Numérique

L'exécutif s'est engagé à ce que, d'ici quelques mois, tous les discours "programmés" du président, du Premier ministre et de la porte-parole du gouvernement soient mis en ligne dans des versions sous-titrées et traduites en langue des signes.

Le futur projet de loi audiovisuel doit par ailleurs renforcer l'accessibilité de certains programmes "essentiels" pour les citoyens, comme les campagnes électorales, et une plateforme en ligne sera ouverte pour que les internautes signalent les portails web publics qui ne seraient pas, par exemple, compatibles avec les logiciels de synthèse vocale utilisés par les aveugles.

Vos commentaires