Hockey sur glace: le Canada pleure ses joueurs et veut comprendre l'accident

Les habitants de Humboldt se sont unis dans la prière et les larmes dimanche soir pour surmonter la tragédie qui frappe cette petite ville des prairies canadiennes, dont l'équipe de hockey junior a perdu 15 membres dans un accident de la route.

Près de 3.000 personnes, soit la moitié de la population locale, étaient rassemblées dans la patinoire de l'équipe meurtrie, les Broncos de Humboldt.

Le bus transportant la formation junior -- des joueurs de 16 à 21 ans -- a été pulvérisé vendredi soir en se rendant 200 km plus au nord pour y disputer un match de playoff, suscitant une vive émotion à travers le Canada et dans le monde du hockey.

Venu dans cette bourgade de Saskatchewan (ouest) "pour appuyer les familles de victimes et personnellement leur offrir son soutien", selon son cabinet, le Premier ministre Justin Trudeau a assisté à cette cérémonie œcuménique, après s'être rendu au chevet de blessés.

"C'est de loin le plus grand événement de l'histoire de notre ville", a déclaré, la voix tremblante, le maire de cette localité de Saskatchewan (ouest), Rob Muench. "Ce soir, c'est l'une des étapes nécessaires à notre deuil", a-t-il ajouté.

La cérémonie a débuté par l'interprétation a capella de l'hymne national Ô Canada, repris par l'ensemble de la foule présente dans l'enceinte des Broncos. Elle a ensuite été ponctuée d'allocutions, de prières et de chansons.

La collision entre un semi-remorque et le car des Broncos, avec 29 personnes à son bord, vendredi vers 17H00 locales dans une région reculée de Saskatchewan, reste toujours inexpliquée. La Gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale) a averti samedi que l'enquête serait "très complexe" et "prendrait du temps".

Seule personne à être sortie indemne de l'accident, le chauffeur du poids lourd a été relâché par la GRC, qui se refuse à toute spéculation sur les causes.

La police fédérale a seulement expliqué que le camion semi-remorque se dirigeait vers l'ouest et le bus vers le nord lorsqu'ils se sont percutés à mi-chemin entre les localités de Tisdale et Nipawin, à l'intersection des routes 35 et 335.

Le dernier bilan de la police fédérale évoque 15 morts et 14 blessés, "dont certains dans un état critique". L'un des joueurs blessé est sorti de l'hôpital ce dimanche, a annoncé son équipe.

- "Ville de hockey" -

En attendant de comprendre les raisons du drame, les habitants de Humboldt se sont rués dimanche dans la douzaine d'églises catholiques et de temples protestants de cette bourgade fondée au début du XXe siècle par des colons venus d'Allemagne et d'Europe de l'Est à l'emplacement d'une station de télégramme.

"Toutes les petites villes comme celles-ci, tout ce qu'elles ont en hiver c'est du hockey, beaucoup de hockey", a dit à la sortie de la messe dominicale Albert Hoppe. "Humboldt est une ville de hockey, c'est la seule chose qui nous a vraiment fait connaître", ajoute ce septuagénaire, vêtu d'un maillot de l'équipe ayant un cheval pour emblème.

Dans un bâtiment attenant à l'église Saint Augustin, un "petit-déjeuner levée de fonds" a été organisé. Le prix a été fixé à 7 dollars canadiens, mais tous donnent plutôt 20 à 60 dollars: l'argent récolté viendra en aide aux Broncos.

Une autre levée de fonds, lancée sur internet pour les victimes, atteignait près de 4,5 millions de dollars canadiens (2,9 millions d'euros) vers 03H00 GMT lundi.

Venu à la messe avec femme et enfants, Calvin Lukan résume le sentiment général: "C'est tragique. Je ne réalise toujours pas. Il va falloir du temps pour accuser le coup."

L'émoi suscité par cette tragédie a dépassé les frontières de la Saskatchewan et du Canada.

"Le pays tout entier est en état de choc et en deuil aujourd'hui", avait réagi samedi Justin Trudeau, "le coeur brisé".

Le président américain Donald Trump a assuré M. Trudeau de "sa plus profonde estime" et a adressé ses condoléances aux familles des victimes.

Les condoléances et hommages ont également abondé de la part des plus grandes équipes canadiennes et américaines de hockey, dont les Canadiens de Montréal, les Maple Leafs de Toronto ou les Blackhawks de Chicago.

Vos commentaires