Il persuadait les jeunes d'avoir des relations sexuelles tarifées avec lui: le prof soupçonné de viols avait réussi à quitter la Thaïlande incognito

Il persuadait les jeunes d'avoir des relations sexuelles tarifées avec lui: le prof soupçonné de viols avait réussi à quitter la Thaïlande incognito
© Image Belga

Un Français mis en examen pour de multiples viols sur mineurs commis en Asie du Sud-Est et écroué en France avait réussi à quitter la Thaïlande incognito, a indiqué dimanche la police thaïlandaise.

"Il avait été mis en examen pour violences et avait obtenu d'être libéré sous caution", a déclaré à l'AFP le colonel de police Kampol Ratanaprateep. "D'après les vérifications des services de l'immigration, sa sortie de territoire n'a pas été enregistrée. Il a pu utiliser de faux papiers ou partir par d'autres moyens", a-t-il assuré.

La Thaïlande est connue pour la corruption de ses fonctionnaires, mais aussi pour être une plaque tournante du trafic de faux papiers et un havre pour criminels en cavale, malgré les tentatives des autorités de changer cette image. Ce Français, qui résidait à Singapour, avait été interpellé début février à Bangkok, où il avait l'habitude d'entraîner des adolescents dans sa chambre d'hôtel.


Tout part d'une enquête sur des jeunes qui dépensaient beaucoup d'argent

Sous couvert de donner des cours de langue à des enfants, il entrait en contact avec des mineurs et les persuadait d'avoir des relations sexuelles tarifées avec lui, selon la police thaïlandaise. Tout était parti d'une enquête concernant des jeunes qui dépensaient d'importantes sommes d'argent, que la police avait d'abord soupçonné de provenir du trafic de drogue.

Selon le Parquet de Paris, le suspect a finalement été interpellé à Besançon (est de la France) le 30 mars et mis en examen deux jours plus tard, notamment pour "viols et agressions sexuelles sur mineurs" et "détention, acquisition et captation en vue de sa diffusion d'images à caractère pornographique d'un mineur". Il a été placé en détention provisoire pour ces faits qui lui sont reprochés dans plusieurs pays d'Asie, notamment la Thaïlande.

Vos commentaires