En ce moment
 

Iran: l'exposition du Louvre bien accueillie malgré des tensions diplomatiques

Iran: l'exposition du Louvre bien accueillie malgré des tensions diplomatiques
Des Iraniens visitent une exposition inédite d'une cinquantaine d'oeuvres d'art du musée du Louvre au musée national d'Iran à Téhéran, le 5 mars 2018 ATTA KENARE

Les Iraniens ont chaleureusement accueilli mardi une exposition inédite comprenant une cinquantaine de chef-d'œuvres prêtés par le musée du Louvre au musée national iranien de Téhéran, une première historique dans le pays.

"C'était génial. Je n'aurais jamais cru voir de telles oeuvres d'art dans ma vie", a déclaré à l'AFP Mehdi, un jeune étudiant en comptabilité.

L'exposition a été mieux perçue que la visite lundi du chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian, qui a été l'occasion de discussions tendues sur le programme balistique et la politique régionale de l'Iran.

Le quotidien ultraconservateur Kayhan International n'a pas hésité à titrer en Une "L'invité impudent s'est fait passer un savon", avec une photo du ministre français reçu par le président Hassan Rohani, alors que le quotidien réformateur parle de "mise en garde à Paris".

M. Le Drian avait provoqué la colère de Téhéran en critiquant le programme balistique de l'Iran et son influence régionale "hégémonique".

"C'était un voyage dur, sans concessions", a-t-il affirmé lundi soir aux journalistes qui l'accompagnaient dans l'avion du retour vers Paris.

L'exposition des chefs d'oeuvres du Louvre met l'accent sur les aspects plus positifs de la relation franco-iranienne, qui s'illustrent aussi sur le plan économique avec le retour en Iran d'entreprises comme Peugeot, Renault et Total.

Cette exposition inédite comprend des trésors du Louvre, notamment un sphinx égyptien de 2.400 ans, un buste de l'empereur romain Marc Aurèle et des dessins de Rembrandt et Delacroix, mais seulement deux petites pièces iraniennes vieilles d'au moins 3.000 ans.

"C'est un bon début. J'espère que dans les futures expositions, il y aura plus d'oeuvres iraniennes", a confié Kashayar Tayar, un jeune professeur de musique.

L'ouverture de cette exposition marque l'aboutissement de deux ans de travail depuis la signature d'un accord de coopération culturelle franco-iranienne en marge d'une visite de Hassan Rohani en France, en janvier 2016.

La France et l'Iran entretenaient des liens culturels étroits avant la Révolution islamique en 1979. Achevé en 1938, le musée national d'Iran a d'ailleurs été construit sous la direction de l'archéologue et architecte français André Godard.

"Dans l'océan parfois tumultueux des relations internationales, la diplomatie culturelle est un phare que nous devons entretenir ensemble", a déclaré lundi M. Le Drian, lors de l'inauguration de l'exposition.

Vos commentaires