En ce moment
 

JMJ - Les gays au pape: "Bons baisers du Panama!"

JMJ - Les gays au pape:
Des pèlerins participent aux JMJ avec le pape François sur scène, à Panama, le 25 janvier 2019Marvin RECINOS
insolite

Deux femmes, Samirah et Basch, se sont embrassées vendredi devant une église du centre de la ville de Panama pour envoyer, ont-elles dit, un message de la communauté homosexuelle au pape François: "nous existons!"

"On dit que c'est manquer de respect que de nous embrasser devant une église... Pourquoi n'est-ce pas le cas quand ce sont des hétérosexuels?", a demandé à l'AFP Samirah Armengol, âgée de 39 ans, après un baiser très pudique.

"Est-ce que je suis une aberration? Nous existons", a-t-elle souligné, tandis que des dizaines de milliers de pèlerins du monde entier envahissent Panama jusqu'à dimanche pour les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ).

Samirah a expliqué être victime de discrimination, par exemple lorsqu'elle a été mise à la porte de centres commerciaux ou de restaurants pour avoir embrassé sa compagne.

Une vingtaine de manifestants étaient venus encourager Samirah et sa compagne Basch Beitia, 25 ans. "L'Amour est Amour! L'Amour est Amour!", scandait le petit groupe pendant qu'elles s'embrassaient devant l'église du Carmen, sur l'Avenue d'Espagne: un lieu symbolique de Panama où se concentrèrent les manifestations d'opposition contre le dictateur Manuel Noriega de 1987 à 1989.

Le petit groupe brandissait des pancartes proclamant: "l'homophobie est un péché", ou "là où il y a de l'amour, il y a une famille".

Le drapeau arc-en-ciel de la communauté LGBT sur les épaules, Levis Calderon explique que les manifestants veulent profiter de ce que "les yeux du monde sont fixés sur le Panama" et les JMJ pour donner de la "visibilité" aux lesbiennes, homosexuels et transgenres.

- Régime contre pizza -

"En tant que communauté, nous disons: nous sommes ici", a insisté le jeune homme âgé de 21 ans.

Hilka Zapata, une femme mariée depuis 24 ans et mère d'une adolescente, est venue par solidarité: "Beaucoup de gens font leur +coming out+ (...) et c'est très beau de voir ces personnes être ce qu'elles sont réellement".

Au début de son pontificat, en 2013, François avait donné des signes de tolérance envers les homosexuels. "Si une personne est gay, à la recherche de Dieu et qu'elle est de bonne volonté... Qui suis-je pour la juger ?", avait-il lancé devant des journalistes.

Cependant, le Saint-Siège reste opposé au mariage homosexuel et à l'adoption d'enfants par des couples de personnes du même sexe.

"Moi, je crois que le pape est plus convaincu de notre appartenance à l'humanité que ses partisans, car c'est ce qu'il a dit", a commenté Samirah, élevée dans une famille catholique mais qui s'est éloignée peu à peu de l'Eglise de Rome. Aujourd'hui, elle se déclare adepte de la religion Yoruba, un culte syncrétique hérité des esclaves africains.

Pourtant, le pape argentin âgé de 82 ans a aussi provoqué une polémique l'année dernière en qualifiant l'homosexualité de "mode". Pendant ce temps là, un groupe de pèlerins portant un drapeau des Etats-Unis, est passé par là.

Juan José Londono, jeune catholique colombien gay de 19 ans participant à la manifestation, réclame le respect pour les homosexuels: "Tes croyances ne peuvent pas me priver de mes droits (...) Ce n'est pas parce que tu es au régime que je ne peux pas manger une pizza", a-t-il expliqué de manière imagée.

Au Panama, comme dans la majeure partie de l'Amérique latine, les revendications pour la légalisation du mariage entre homosexuels sont pour l'instant restées lettre morte.

Vos commentaires