En ce moment
 

L'ex-patron de Nassar inculpé d'agressions sexuelles et de négligence

L'ex-patron de Nassar inculpé d'agressions sexuelles et de négligence
William Strampel lors de sa comparution via lien vidéo devant un tribunal d'East Lansing (Michigan), le 27 mars 2018JEFF KOWALSKY
sport

Le scandale des agressions sexuelles commises par Larry Nassar, ex-médecin de l'équipe américaine de gymnastique condamné à un maximum de 175 ans de prison, a rattrapé son ancien patron à l'université d'Etat du Michigan (MSU) qui a été inculpé mardi.

Le shérif du comté d'Ingham (Michigan) Scott Wriggelsworth avait confirmé lundi soir l'arrestation et l'incarcération de William Strampel, 70 ans, mais sans préciser les chefs d'accusation.

Lors d'une brève déclaration à la presse, le procureur spécial William Forsyth a annoncé mardi que l'ancien doyen de l'Ecole de médecine ostéopathique de MSU était visé par quatre chefs d'accusation: comportement sexuel criminel, faute professionnelle et deux pour négligence intentionnelle.

S'il est reconnu coupable et que toutes les peines se cumulent, il risque un maximum de neuf ans de prison.

M. Strampel a été formellement inculpé lors d'une comparution via lien vidéo devant un tribunal d'East Lansing. La prochaine audience est prévue le 3 mai.

Selon la presse locale, sa remise en liberté a été autorisée en échange d'une caution de 25.000 dollars et de certaines conditions.

"En tant que doyen de l'Ecole, Strampel a utilisé son bureau pour harceler, discriminer, avilir, faire de propositions sexuelles, et agresser sexuellement des étudiantes en violation de son devoir statutaire de fonctionnaire", précise un affidavit du bureau du procureur.

De plus, M. Strampel "a abusé de l'autorité de sa fonction publique, au travers de menaces et de manipulations, pour solliciter, recevoir et détenir des images pornographiques de femmes qui semblent avoir été des étudiantes de MSU", poursuit le texte.

Le procureur spécial a précisé avoir procédé rapidement à des perquisitions, notamment de l'ordinateur et du téléphone portable de M. Strampel, après avoir reçu une "information crédible" sur lui.

- Vidéo de Larry Nassar -

Les enquêteurs disent avoir découvert une cinquantaine de photos de sexes féminins, de femmes dénudées ou de gadgets sexuels. Ces images semblent "être des +selfies+" d'étudiantes. "Quelqu'un a essayé d'en effacer", souligne le document du procureur, qui fait référence à quatre victimes non identifiées.

Des vidéos pornographiques ont également été retrouvées ainsi qu'une vidéo sur laquelle "le docteur Larry Nassar réalise un +traitement+ sur une jeune patiente".

John Dakmak, avocat du septuagénaire, a indiqué qu'il s'agissait "très probablement de la vidéo que M. Nassar a montré à travers le pays pour présenter sa technique de soin de nombreux patients". Il a précisé n'avoir pu à ce stade voir les images incriminées.

"Mon client nie avoir jamais touché quiconque de manière inappropriée, étudiant ou autre", a-t-il poursuivi. "Il nie l'existence de contreparties pour des actes sexuels en échange d'une quelconque position au sein de l'université ou de l'école".

Les deux chefs de négligence intentionnelle portent sur le fait que, selon le procureur spécial, M. Strampel a laissé le docteur Nassar recevoir des patientes après avoir reçu une plainte selon laquelle l'ostéopathe avait eu un comportement sexuel inapproprié. Il n'a également pas fait appliquer à M. Nassar certains protocoles pour les consultations comme l'obligation d'enfiler des gants chirurgicaux ou la présence d'un tiers dans la pièce.

M. Strampel a démissionné en décembre du poste de doyen qu'il occupait depuis 2002, officiellement pour des "raisons médicales", et l'université a engagé en février des démarches pour le renvoyer.

"Les accusations concernant le propre comportement de Strampel ainsi que son manque d'attention à l'égard de la conduite de Larry Nassar viennent d'entraîner des inculpations pénales", a relevé mardi John Engler, président par intérim de MSU, dans un communiqué.

"Certaines accusations sur son attitude personnelle, en particulier son attitude envers les étudiants, sont perturbantes", a-t-il poursuivi. "Ses défaillances sont inacceptables".

Nassar, 54 ans, a été condamné fin janvier et début février à plusieurs peines dont une pouvant atteindre jusqu'à 175 ans de prison pour avoir agressé durant deux décennies au moins 265 victimes --dont près de 160 gymnastes, la plupart mineures-- dans le plus grand scandale de l'histoire du sport américain. Il a aussi été condamné en décembre à 60 ans pour possession d'images pédopornographiques.

Cet ostéopathe a officié de 1994 à 2016 au sein de la Fédération américaine de gymnastique, du Comité olympique américain (Usoc) et de MSU. Plusieurs responsables de ces différents organismes ont démissionné.

Vos commentaires