Le chef de la diplomatie nord-coréenne rencontre le Premier ministre suédois

Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères, à Stockholm pour des entretiens avec le gouvernement suédois dans un contexte de détente entre Occidentaux et Pyongyang, a rencontré vendredi le Premier ministre Stefan Löfven, ont annoncé les services de ce dernier.

"Ils ont eu un entretien. Nous ne pouvons rien dire de son contenu", a indiqué à l'AFP le porte-parole de M. Löfven, Jonatan Holst.

Ri Yong Ho est arrivé jeudi soir dans la capitale suédoise avec le directeur général adjoint du département Amérique du Nord de son ministère, Choe Kang Il, après une escale à Pékin. Il a dîné au ministère avec son homologue suédoise Margot Wallström, avant de regagner l'ambassade nord-coréenne, sans faire de déclarations.

D'après Stockholm, M. Ri et ses interlocuteurs doivent évoquer la dénucléarisation de la péninsule coréenne et un possible sommet entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un.

Officiellement, ces consultations doivent se conclure ce vendredi mais selon des médias suédois et étrangers, le ministre nord-coréen restera en Suède jusqu'à dimanche.

La diplomatie suédoise a souligné qu'il n'y aurait pas de conférence de presse au cours de la visite, mais qu'un communiqué serait rendu public vendredi soir à l'issue des entretiens.

La Suède, membre non-permanent du Conseil de sécurité des Nations unies élu pour la période 2017-2018, conduit cette médiation en sa qualité de "puissance protectrice" des États-Unis, du Canada et de l'Australie dont elle représente les intérêts à Pyongyang.

La visite de M. Ri vise également à "contribuer à la mise en oeuvre effective des résolutions" votées par le Conseil de sécurité contre Pyongyang sur son programme nucléaire, mais aussi celles "soulignant la nécessité d'intensifier les efforts diplomatiques pour trouver une solution pacifique au conflit", selon Stockholm.

Après des mois de tension et de menaces de guerre autour du programme nucléaire de Pyongyang, un sommet historique entre Donald Trump et Kim Jong pourrait avoir lieu avant la fin mai, a annoncé la semaine dernière un haut responsable sud-coréen.

M. Trump a confirmé le projet du sommet mais la Corée du Nord ne l'a toujours pas fait. Ni le lieu ni la date n'en ont encore été précisés.

Dans cette perspective, la Suède "a un rôle à jouer" si les deux parties le souhaitent, a déclaré jeudi le Premier ministre suédois Stefan Löfven.

Vos commentaires