En ce moment
 
 

Le gouvernement Trump reproche à la Californie la saleté de ses rues

(Belga) L'Agence de protection de l'Environnement (EPA) du gouvernement de Donald Trump a ajouté un nouveau sujet à la liste de récriminations contre la Californie: le laxisme supposé de l'Etat contre la pollution de l'eau, qu'elle a liée au problème des sans-abris.

"L'EPA est préoccupée de voir que l'application par la Californie des lois fédérales sur l'environnement ne remplit pas ses obligations", a écrit Andrew Wheeler, le chef de l'agence, dans une lettre au gouverneur de Californie, Gavin Newson. L'Etat fédéral et la Californie, gouvernée par des démocrates, sont en conflit croissant sur le sujet de l'environnement. Le gouvernement Trump veut par exemple retirer à la Californie son droit de fixer ses propres normes d'émissions de gaz à effet de serre pour les véhicules. Politiquement, la Californie veut être pionnière dans la lutte climatique, à rebours de la politique menée au niveau fédéral. "L'EPA a connaissance de la crise croissante des populations de sans-abris dans les grandes villes californiennes, notamment Los Angeles et San Francisco", poursuit Andrew Wheeler. "Des articles de presse rapportent que des 'tas d'excréments humains' deviennent de plus en plus fréquents sur les trottoirs et dans les rues de ces villes". Il fait ensuite le lien entre les sans-abris et le déversement dans le Pacifique et la baie de San Francisco d'eaux qui ne sont pas suffisamment traitées, selon l'agence fédérale, qui menace d'exercer ses pouvoirs de tutelle et réclame une réponse sous 30 jours. L'agence note que lorsque les pluies sont trop fortes, le volume d'eaux et d'égouts à traiter par les stations d'épuration est trop important et des eaux sont rejetées dans l'océan ou la baie. Elle rappelle séparément que les eaux potables de plusieurs municipalités ont contenu des taux d'arsenic, de plomb ou encore de substances radioactives supérieures aux limites sanitaires. L'agence fédérale obéissait-elle à Donald Trump, qui la semaine dernière a critiqué les grandes villes californiennes pour le nombre de personnes sans domicile fixe? Un haut responsable de l'EPA a répondu jeudi, lors d'un appel avec la presse: "Tout est dans la lettre". "On avait de multiples programmes avec de multiples problèmes arrivant à peu près en même temps, et cela a inquiété l'administrateur", a-t-il dit. (Belga)

Vos commentaires