En ce moment
 
 

Les Palaos modifient leur projet de sanctuaire marin pour faire plaisir aux pêcheurs japonais

Les Palaos modifient leur projet de sanctuaire marin pour faire plaisir aux pêcheurs japonais
Photo non datée fournie le 28 octobre 2015, montrant un requin dans les eaux de l'archipel des Palaos dans l'océan Pacifique. AFP PHOTO/THE PEW CHARITABLE TRUSTS/Richard BROOKSRICHARD BROOKS

L'archipel des Palaos, îles paradisiaques de Micronésie, a modifié son projet de créer un gigantesque sanctuaire marin afin d'autoriser une partie de ses eaux aux bateaux de pêche japonais.

Les ressources de la mer sont surexploitées dans le monde entier, a averti cette année l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Et les Palaos ont longtemps été considérés comme pionniers dans la protection des océans.

L'archipel a l'intention d'interdire à la pêche commerciale à compter de l'année prochaine 80% de sa zone économique spéciale, soit 500.000 km2, une superficie environ de la taille de l'Espagne.

Les 20% restants étaient censés être réservés aux bateaux de pêche des Palaos, mais le président Tommy Remengesau a indiqué que le Japon, l'un des pays aidant le plus l'archipel, avait demandé une modification de ce projet.

En réponse, le gouvernement a fait passer un texte de loi qui permettra à certains palangriers étrangers de venir pêcher dans la zone.

M. Remengesau a précisé que cette modification était destinée en particulier à accommoder les bateaux de la province d'Okinawa, dans le sud du Japon, qui écument les eaux des Palaos depuis des générations.

"Nous sommes proches du Japon et nous voulons tenir compte de leurs besoins quand nous le pouvons", a déclaré le président.

Le ministre des Ressources naturelles Umiich Sengebau a affirmé que cet amendement n'affecterait pas les politiques de conservation du sanctuaire.

L'archipel avait créé en 2009 le premier sanctuaire pour requins au monde, ce qui eut pour conséquence d'interdire leur pêche dans toute sa zone économique exclusive (ZEE), soit 630.000 kilomètres carrés.

Depuis décembre 2017, les touristes sont contraints par les autorités de l'archipel de s'engager à respecter l'environnement et de prêter serment.

Les Palaos interdiront l'année prochaine l'usage des crèmes solaires "toxiques pour les récifs" afin de protéger des coraux prisés par les plongeurs du monde entier.

Les Palaos étaient jadis une destination confidentielle réservée aux connaisseurs. Mais ces dernières années, le nombre de touristes a explosé, faisant pression à la fois sur les infrastructures et sur le paysage.

Vos commentaires