En ce moment
 
 

Les sanctions américaines contre le chef de la diplomatie iranienne traduisent la "peur" de Washington

Les sanctions américaines contre le chef de la diplomatie iranienne traduisent la
Le président iranien Hassan Rohani lors d'un discours, le 1er août 2019 à Tabriz, dans le nord-ouest de l'IranHO

Le président iranien Hassan Rohani a estimé jeudi que les sanctions américaines imposées au chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif montrent que Washington a "peur" de lui.

"Ils ont peur des interviews données par notre ministre des Affaires étrangères", a assuré M. Rohani dans un discours retransmis à la télévision.

Le président iranien, en visite à Tabriz, dans le nord-ouest de l'Iran, faisait référence à une série d'entretiens donnés par M. Zarif à la presse internationale lors d'une récente visite au siège des Nations unies, à New York.

"Il est absolument clair que les fondations de la Maison Blanche ont été ébranlées par les mots et la logique d'un diplomate informé et dévoué", a-t-il affirmé, accusant les Etats-Unis de "faire des enfantillages".

"Nos ennemis sont si impuissants qu'ils ont perdu la capacité d'agir et de penser de manière sensée", a-t-il ajouté.

Mercredi, les Etats-Unis ont décidé d'imposer des sanctions au chef de la diplomatie iranienne, accentuant encore leur campagne de "pression maximale" sur le régime iranien qu'ils accusent de déstabiliser le Moyen-Orient.

Les sanctions prévoient le gel de tous les actifs Mohammad Javad Zarif possèderait aux Etats-Unis et interdit toute transaction avec lui, a précisé le Trésor américain dans un communiqué.

Par ces sanctions, Washington cherchera aussi à empêcher les voyages de M. Zarif à l'étranger, même si l'administration américaine ne l'empêchera pas de participer aux activités de l'ONU à New York.

Le chef de la diplomatie iranienne a affirmé que ces sanctions n'auraient "aucun effet" sur sa famille et lui. "Je n'ai aucune propriété ni aucun actif en dehors de l'Iran", a-t-il tweeté. "Merci de me considérer comme une telle menace."

Vos commentaires