En ce moment
 
 

Liban: des Palestiniens manifestent contre des mesures anti-travail illégal

Liban: des Palestiniens manifestent contre des mesures anti-travail illégal
Des réfugiés palestiniens manifestent dans un camp au sud de la capitale libanaise Beyrouth, le 16 juillet 2019ANWAR AMRO

Des dizaines de réfugiés palestiniens ont manifesté mardi au Liban contre la campagne menée par le ministère du Travail visant à lutter contre l'emploi illégal des étrangers.

En juin, le ministère du Travail a donné un délai d'un mois aux entreprises pour acquérir les permis de travail nécessaires.

Après l’expiration de ce délai la semaine dernière, le ministère a commencé des inspections, fermé des établissements en infraction et donné des avertissements.

Des militants ont critiqué ces mesures, affirmant qu'elles visaient particulièrement les Syriens qui seraient 1,5 million au Liban selon les autorités.

Mais les réfugiés palestiniens du Liban craignent aussi de faire les frais de cette campagne, et des dizaines d'entre eux ont manifesté mardi dans le sud et l'est du pays.

Près de 200 manifestants ont également défilé dans la capitale Beyrouth et ont été empêchés par les forces de sécurité de se diriger vers le siège du Parlement. Ils ont dénoncé une campagne "injuste".

Les réfugiés palestiniens au Liban bénéficient d'une exemption des frais appliqués aux travailleurs étrangers pour l'obtention d'un permis de travail.

Les entrepreneurs parmi eux doivent en revanche payer 25% des frais appliqués au permis de travail et inscrire leur activité au registre du commerce, à l'instar de toute société opérant au Liban.

Le ministre du Travail Camille Abousleiman s'est voulu rassurant et a déploré une "réaction incompréhensible" des Palestiniens.

"Sur les 550 infractions à la loi du travail enregistrées depuis mercredi dernier, seuls deux grands établissements tenus par des Palestiniens" sont concernés, a-t-il écrit sur Twitter.

"Nous sommes prêts à faire preuve de flexibilité pour aider nos frères palestiniens à obtenir des permis de travail", a-t-il ajouté, promettant toutefois de poursuivre la campagne.

L'ambassadeur palestinien à Beyrouth Achraf Dabbour a lui appelé au "calme", alors que le mouvement palestinien Hamas au Liban a exhorté mardi les autorités libanaises sur son site à mettre fin "immédiatement" aux "décisions de fermeture des commerces".

En 2010, le Parlement libanais a levé les restrictions imposées en matière d'emploi aux réfugiés palestiniens, jusque-là confinés à quelques secteurs, comme l'agriculture ou le bâtiment.

Les professions libérales et la fonction publique restent réservées aux Libanais.

Vos commentaires