En ce moment
 

Macron et Xi pour un "sursaut mondial face à l'érosion de la biodiversité"

Macron et Xi pour un
Le président Emmanuel Macron et son homologue chinois Xi Jinping, le 25 mars 2019 à l'Elysée, à ParisLUDOVIC MARIN
Chine

Xi Jinping et Emmanuel Macron ont promis mardi d'agir "conjointement pour un sursaut mondial face à l'érosion de la biodiversité", alors que la Chine va accueillir en 2020 une conférence de l'Onu sur cette question qui doit marquer une étape importante pour la protection de l'environnement.

Dans une déclaration commune à l'occasion d'une visite du numéro un chinois à Paris, les présidents chinois et français s'engagent par ailleurs à lutter "contre la criminalité environnementale, en particulier le braconnage et le trafic des espèces de la faune et de la flore menacées d'extinction", ainsi que contre la pollution plastique.

Réaffirmant leur engagement pour l'action climatique à l'international, les deux capitales affirment leur volonté de garder "un rôle d'impulsion et de mobilisation" contre le réchauffement.

Les deux pays notamment "s'engagent à appliquer l'Accord de Paris dans toutes ses dimensions, et à communiquer d'ici 2020 leur stratégie à long terme de développement à faible émission de gaz à effet de serre pour le milieu du siècle".

Dans cette déclaration couvrant à peu près toutes les grandes problématiques environnementales (11 chapitres sur les 37 du texte), Pékin et Paris conviennent aussi de "poursuivre leurs échanges sur l'utilisation durable des ressources marines de l'Antarctique, y compris par l'établissement d'une aire marine protégée en Antarctique".

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a salué mardi, dans un message diffusé par l'Elysée, "le soutien" des deux capitales "à un multilatéralisme fort et efficace, qui place l'ONU en son centre".

"Je sais qu'il produira des résultats, notamment en vue du sommet sur le climat que j'organiserai en septembre 2019", a-t-il estimé, redisant que "le défi climatique est l’urgence de notre temps".

"J'appelle les chefs d'Etat à venir le 23 septembre avec des plans concrets pour améliorer d'ici 2020" leurs engagements climatiques, a-t-il encore dit. "Nous ne pouvons décevoir ou trahir nos enfants qui se sont exprimés par milliers dans les rues".

Vos commentaires