En ce moment
 

Macron prône la "solidarité" entre Etats de l'UE en cas d'attaque armée

Macron prône la
Le président français Emmanuel Macron, au palais présidentiel d'Helsinki, le 30 août 2018ludovic MARIN

Le président français Emmanuel Macron a proposé jeudi à Helsinki la mise en place d'une "solidarité quasi-automatique" entre Etats européens en matière de défense qui entraînerait leur intervention si l'un d'entre eux était attaqué.

"Notre volonté est clairement que l'Europe assume son autonomie stratégique et renforce sa solidarité en matière de défense", a déclaré M. Macron au cours d'une conférence de presse avec son homologue finlandais.

Il a pour cela proposé que soit envisagée "une solidarité renforcée quasi-automatique, ce qui fera qu'entre Etats membres qui seront d'accord avec cette réforme, nous puissions avoir une véritable solidarité d'intervention si un Etat était attaqué".

Cela nécessitera de "refonder" les traités européens, en particulier l'article 47.2 du Traité de Lisbonne qui porte sur l'assistance mutuelle entre Etats, que la France a déclenché pour la première fois après les attentats du 13 septembre 2015 à Paris.

Cette réforme permettrait à l'UE d'avoir "une espèce d'article 5 renforcé", a précisé le président, en faisant allusion à la disposition de l'Otan qui stipule qu'une "attaque armée" contre un des pays membres est "considérée comme une attaque dirigée contre toutes les parties", déclenchant ainsi une assistance au secours de l'Etat concerné.

Emmanuel Macron a indiqué que cette "avancée" n'était "pas contraire" à l'Otan, qui "reste une alliance importante et stratégique". "Mais nous avons besoin d'une solidarité renforcée" entre Européens, selon lui.

L'UE tente de s'adapter au nouveau contexte géopolitique lié à la volonté du président Donald Trump de réduire l'implication des Etats-Unis dans la défense de l'Europe.

Un Fonds européen de Défense doit être mis en place en 2019 pour développer les capacités militaires des Etats membres et promouvoir l'indépendance stratégique de l'UE. Paris a parallèlement initié avec huit partenaires un groupe européen d'intervention destiné à être capable de mener rapidement une opération militaire, une évacuation dans un pays en guerre ou d'apporter une assistance en cas de catastrophe.

Des mesures pour "renforcer les initiatives de défense commune" seront proposées "dans les prochains mois", a précisé l'entourage de M. Macron.

Dans son discours devant les ambassadeurs français lundi, il avait appelé à "tirer toutes les leçons de la Guerre froide", jugeant que l'Europe ne pouvait "plus remettre sa sécurité aux seuls Etats-Unis".

A ce titre, il a également appelé jeudi à "faire l'aggiornamento complet de notre relation avec la Russie" pour ne pas rester sur "des erreurs ou des incompréhensions des deux dernières décennies". "Notre intérêt est d'avoir des partenariats stratégiques, y compris en matière de défense, avec nos voisins les plus proches", a-t-il ajouté.

Vos commentaires