En ce moment
 
 

MotoGP: Jorge Lorenzo, trois fois champion du monde, annonce sa retraite

Le triple champion du monde MotoGP Jorge Lorenzo disputera son dernier Grand Prix dimanche à Valence, chez lui en Espagne, prenant à 32 ans une retraite précipitée par les blessures qui ont rythmé ses dernières saisons.

Lorenzo, également deux fois champion du monde en 250 cc, était encore sous contrat avec l'équipe officielle Honda pour 2020, mais des blessures et ses résultats décevants l'ont amené à dire stop, a-t-il annoncé lors d'une conférence de presse jeudi.

"La montagne était devenue tellement haute que je ne pouvais plus trouver la force et la motivation pour continuer de grimper", a expliqué le Majorquin des larmes dans les yeux. "A ce stade de ma carrière, il était impossible de continuer à trouver la motivation", a-t-il insisté, précisant ne pas pouvoir se contenter de moins bien que la victoire.

Sont pressentis pour le remplacer le Japonais Takaaki Nakagami et le Britannique Cal Crutchlow, pilotes de l'écurie satellite Honda-LCR, ou le Français Johann Zarco, qui supplée actuellement Nakagami, blessé, après avoir rompu avec KTM en cours de saison.

Depuis 2002, Lorenzo a passé 18 saisons en Championnat du monde de vitesse moto, s'offrant le titre en 250 cc en 2006 et 2007 sur une Aprilia et en MotoGP en 2010, 2012 et 2015 avec Yamaha, qui lui avait permis d'intégrer la catégorie reine en 2008.

"Les années avec Yamaha furent les meilleures de ma carrière", s'est remémoré l'Espagnol jeudi, face aux médias et à la quasi-totalité de ses adversaires qui lui ont réservé une +standing ovation+.

- Blessures en série -

En 2017, il avait quitté le constructeur japonais pour rejoindre Ducati. "Ce fut un grand coup de fouet pour ma motivation, même si les résultats ont (d'abord) été très mauvais", a-t-il poursuivi.

Il n'a en effet signé que trois podiums la première année, avant un premier succès en Italie en juin 2018, quelques jours avant l'annonce de son transfert chez Honda la saison suivante.

"C'était encore un grand coup de +boost+ car c'est un rêve pour un pilote. Malheureusement, les blessures sont venues jouer un mauvais rôle sur mes résultats (...) ainsi qu'une moto qui ne me convenait pas", analyse Lorenzo.

Les blessures ont en fait commencé à l'accabler fin 2018 après des chutes en Aragon (pied) et en Thaïlande (bras). Il s'est de nouveau blessé (scaphoïde) en chutant à l'entraînement pendant l'hiver, manquant une partie des essais de pré-saison, puis lors du premier GP au Qatar (côte).

Mais ses deux accidents les plus "affreux" sont intervenus en Catalogne et aux Pays-Bas en juin 2019. Blessé aux vertèbres, Lorenzo raconte avoir alors "commencé à (se) demander si courir en valait encore la peine", avant de prendre la décision de raccrocher après le GP de Malaisie le 3 novembre.

"Cela a été une surprise même pour son coéquipier parce que dans l'équipe nous ne savions pas, surtout avec la façon dont il travaillait lors des dernières courses qui était exactement la même que lors de ses premiers jours dans l'équipe", a affirmé Marc Marquez, sextuple champion du monde, coéquipier cette année de Lorenzo chez Honda.

"Du moment où il sentait qu'il ne pouvait plus être parmi les premiers, il a décidé d'arrêter et cela montre la force de son caractère sur et hors de la piste", a-t-il ajouté.

Valentino Rossi, qui a été le coéquipier de Lorenzo chez Yamaha au total sept ans, a estimé que "Jorge est l'un des plus grands pilotes MotoGP de l'ère moderne", ajoutant qu'"il a été pour moi personnellement l'un des mes plus grands rivaux".

Souvent hautain et orgueilleux, Lorenzo n'hésitait pas à se monter parfois exubérant, comme en sautant à deux reprises dans une retenue d'eau sur le circuit de Jerez en 2010 et 2011 pour fêter ses victoires.

Vos commentaires