MotoGP: la "dream team" Marquez-Lorenzo promet de cohabiter à la loyale

MotoGP: la
Les Espagnols Marc Marquez (g) et Jorge Lorenzo, associés au sein de l'écurie Repsol-Honda, avec leurs motos, le 23 janvier 2019 à MadridPIERRE-PHILIPPE MARCOU

"Rivaux, mais toujours avec respect": les pilotes espagnols Marc Marquez et Jorge Lorenzo, multiples champions de MotoGP désormais équipiers, ont promis de cohabiter loyalement au sein de l'écurie Honda à l'orée d'une saison où leur relation d'"amour-haine" promet des étincelles.

Tenant du titre mondial et quintuple champion de MotoGP, Marquez a été rejoint cette saison chez Honda par Lorenzo, son ancien rival de Ducati, triple champion de la catégorie reine. Une association qui, sur le papier, semble la plus séduisante du paddock.

"Je n'aime pas cette histoire de dream team", a prévenu Marquez mercredi à Madrid lors de la présentation de l'écurie. "Ce n'est valable que si, en fin de saison, tu es toujours dans le coup."

Et ces deux-là ont l'habitude de l'être: le duo a remporté huit des neufs derniers titres mondiaux en MotoGP. Autant dire l'éventuel ascendant de l'un fera forcément de l'ombre à l'autre...

"Même si nous sommes équipiers, sur la piste nous sommes rivaux, mais toujours avec respect", a assuré Marquez (25 ans).

A l'approche du début de la saison le 10 mars au Qatar, les sourires sont également de rigueur pour Lorenzo (31 ans). "J'ai beaucoup à apprendre de Marc. Je suis heureux d'intégrer cette équipe et j'arrive avec humilité", a-t-il fait valoir.

Toutefois, on se souvient que le Majorquin au pilotage si léché a connu des épisodes tendus lorsqu'il partageait le même paddock avec l'Italien Valentino Rossi chez Yamaha.

- "Nous avons les mêmes armes" -

"Sur cette histoire d'avoir deux coqs dans une même basse-cour, les gens ont l'habitude de ne retirer que le négatif. Dans ce cas précis, avoir deux excellents pilotes aide toujours à grandir, cela empêche l'un des pilotes de se relâcher", a assuré Lorenzo.

"Il est naturel que Marc et moi soyons en concurrence parce que nous avons les mêmes armes. C'est une relation d'amour-haine qui nous rend meilleurs", a-t-il souligné. "Nous échangerons nos données... parfois oui, parfois non."

En attendant, les deux pilotes abordent 2019 dans un même état: ils sont blessés et ont subi des opérations chirurgicales qui vont un peu retarder leur préparation, sans remettre en cause leur présence au Qatar.

"Pour 2019, j'espère que les blessures nous épargnerons et les victoires arriveront", a dit Marquez.

Le Catalan se remet d'une opération subie début décembre à l'épaule gauche, qu'il s'était luxée plusieurs fois au cours de la saison écoulée, et s'attend à ne pas être à son meilleur niveau lors des essais de pré-saison à Sepang (Malaisie) entre le 6 et le 8 février.

Lorenzo, qui a succédé à Dani Pedrosa chez Honda, a pour sa part été opéré lundi du poignet gauche et sera absent en Malaisie. Mais il devrait être au Qatar pour les essais prévus entre le 23 et le 25 février, ultime répétition avant l'ouverture de la saison sur ce même circuit.

Ce sera l'opportunité pour le triple champion MotoGP d'apprivoiser sa nouvelle monture qui a si bien réussi à Marquez ces dernières années.

"La moto m'a beaucoup plu. Elle est très agile, elle rentre bien dans les virages. Dans l'ensemble, toute l'équipe m'a enchanté", a souligné Lorenzo. La concorde résistera-t-elle aux premiers tours de piste ?

Vos commentaires