En ce moment
 

Nucléaire iranien: le coup d'éclat israélien se heurte à la résistance européenne

Nucléaire iranien: le coup d'éclat israélien se heurte à la résistance européenne
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu montre ce qu'il présente comme des "preuves" sur un plan nucléaire secret de l'Iran, le 30 avril 2018 à Tel-AvivJack GUEZ
ISRAEL

Les Européens ont signalé clairement mardi que la masse d'informations recueillies selon Israël par ses espions à Téhéran ne semblaient pas justifier une remise en cause de l'accord nucléaire conclu avec la République islamique d'Iran.

La France, le Royaume-Uni et l'Union européenne, tous avocats du maintien de l'accord historique de 2015, ont indiqué que les informations théâtralement divulguées lundi par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu pour plaider une dénonciation de cet accord, ne faisaient que conforter le bien-fondé de celui-ci.

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA)s'est dite prête à examiner toutes les informations pertinentes qui lui parviendraient sur le respect de cet accord.

M. Netanyahu a indiqué qu'il communiquerait les informations israéliennes à l'agence et aux acteurs internationaux concernés.

En attendant, l'AIEA a renvoyé dans un communiqué aux conclusions contenues dans un de ses rapports de 2015 et selon lesquelles, contrairement à ce que dit M. Netanyahu, elle n'avait "aucune indication crédible d'activités en Iran liées au développement d'un engin nucléaire après 2009".

Mardi, M. Netanyahu s'est livré sur CNN à une défense appuyée de son propos. "Personne n'était mieux renseigné qu'Israël sur l'Iran".

Il s'est aussi défendu de vouloir la confrontation armée avec l'Iran. "Personne ne cherche un tel développement".

- "Menteur" -

A l'approche de l'échéance du 12 mai, cruciale pour l'avenir de cet accord censé garantir le caractère civil du nucléaire iranien, la déclaration de M. Netanyahu ne semble guère avoir fait bouger les lignes.

Cette déclaration, entre autres, montrent "vraiment que j'ai raison à 100%", a dit le président américain Donald Trump, principal allié d'Israël, qui a promis par le passé de "déchirer" cet accord et donné aux Européens jusqu'au 12 mai pour trouver un nouveau texte qui remédierait aux "terribles lacunes" de celui de 2015.

Quant à l'Iran, qui a toujours démenti chercher à se doter de l'arme nucléaire, M. Netanyahu est pour lui "un menteur invétéré".

Lundi soir, le Premier ministre israélien a dévoilé ce qu'il a présenté comme une prise exceptionnelle réalisée par les espions israéliens à Téhéran même, et les "preuves concluantes" de l'existence d'un plan secret de l'Iran pour se doter de l'arme nucléaire.

Une centaine de milliers de photos, vidéos et autres graphiques montrent selon lui que l'Iran, malgré ses dénégations constantes, a bien développé de 1999 à 2003 un projet secret appelé Amad pour produire la bombe atomique.

Israël, ennemi juré de l'Iran, se voit comme une cible désignée si ce pays se dotait de l'arme nucléaire. La destruction de l'Etat hébreu fait partie de la rhétorique de l'Iran.

Téhéran a mis Amad de côté sous la pression internationale, mais a continué jusqu'à aujourd'hui, dans le cadre d'une organisation modifiée, à préserver son savoir-faire et à développer ses capacités nucléaires militaires, a affirmé M. Netanyahu.

L'Iran a secrètement gardé au frais le projet Amad pour le ressortir "au moment de son choix", a-t-il dit.

- "Le bon choix" -

M. Netanyahu s'est essentiellement employé à convaincre qu'on ne pouvait pas faire confiance à l'Iran et que l'accord de 2015 "repose sur des mensonges". Il s'est dit confiant que M. Trump ferait le "bon choix" d'ici au 12 mai.

Pour la cheffe de la diplomatie de l'Union européenne Federica Mogherini, les documents aux mains des Israéliens devront être analysés, en premier lieu par l'AIEA. Mais elle a souligné que "M. Netanyahu n'avait pas "remis en question le respect" par l'Iran de l'accord.

Les affirmations de M. Netanyahu "renforcent" la pertinence de l'accord, qui interdit toutes les activités liées au développement d’une arme nucléaire et instaure un des régimes d'inspection les plus robustes de l'histoire, a dit Paris.

Le président français Emmanuel Macron défend l'accord mais s'est aussi dit favorable à son élargissement, sur le contrôle de l'activité nucléaire après 2025 et le programme balistique de l'Iran.

Les anciens de l'administration Obama ont critiqué M. Netanyahu. Le contenu de la présentation "n'est pas nouveau", a tweeté Dan Shapiro, ex-ambassadeur en Israël. Mais il sera "utile à Trump quand il annoncera qu'il sort de l'accord le 12 mai. Je crois qu'il (M. Trump) a déjà pris sa décision. Cette présentation, coordonnée avec son équipe, sera citée comme preuve pour la justifier".

Pour le quotidien israélien Yediot Aharonot, la démonstration de M. Netanyahu montre seulement que les scientifiques iraniens ne sont pas devenus des "enfants de choeur" après 2015.

Les documents produits sont un "plat de pâtes réchauffées servant l'image du Premier ministre" en garant de la sécurité d'Israël, écrit le journal à un moment de tensions avivées avec l'Iran en Syrie voisine.

Vos commentaires