En ce moment
 

Philippines: des ex-rebelles musulmans nommés à la tête d'une région autonome

Philippines: des ex-rebelles musulmans nommés à la tête d'une région autonome
Le président philippin Rodrigo Duterte (au centre) intronise la nouvelle direction du gouvernement local de Bangsamoro, à Manille, le 22 février 2019.Noel CELIS

Les autorités ont remis vendredi les rênes d'une nouvelle région autonome dans le sud des Philippines à des leaders musulmans qui y ont mené une insurrection meurtrière pendant des décennies et sont désormais chargés d'y assurer la paix et la prospérité.

Le président Rodrigo Duterte a intronisé Murad Ebrahim, le dirigeant de la principale organisation musulmane de ce pays très majoritairement catholique, aux fonctions de chef du gouvernement local, à titre transitoire, au cours d'une cérémonie symbolique à Manille.

Les Philippins ont voté en janvier par référendum en faveur de la création de cette nouvelle région autonome nommée Bangsamoro. Des musulmans avaient pris les armes dans les années 1970 pour demander l'autonomie ou l'indépendance du sud des Philippines qu'ils considèrent comme leur terre ancestrale. Cette insurrection a fait 150.000 morts.

Le principal groupe rebelle, le Front Moro islamique de libération (Milf), avait signé en 2014 un accord de paix avec le gouvernement prévoyant d'octroyer l'autonomie à la minorité musulmane dans certaines parties de la grande île de Mindanao et des îles de l'extrême sud-ouest.

Le processus de paix, qui a débuté dans les années 1990, n'inclut pas toutes les organisations islamistes - dont celles qui ont prêté allégeance au groupe Etat islamique - encore très actives dans le sud des Philippines et que le Milf combat aux côtés des forces gouvernementales.

Rodrigo Duterte et Murad Ebrahim, le chef du Milf, ont tous deux dit espérer que l'accord permettrait de contrer la montée de l'islamisme.

"La route vers la paix peut être longue et difficile, mais je suis content que nous soyons finalement arrivés au bout", a déclaré Rodrigo Duterte dans un discours, après avoir également intronisé les autres membres du gouvernement de transition de cette région. La majorité d'entre eux ont été choisis par le Milf.

A New York, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a félicité les parties concernées. "Il s'agit d'une réalisation historique sur la voie d'une paix durable dans le sud des Philippines, ainsi que d'une occasion historique pour tous les Philippins", a-t-il affirmé.

Murad Ebrahim et les membres de son gouvernement occuperont leurs fonctions jusqu'à l'élection d'un parlement régional en mai 2022. Le processus de paix prévoit aussi le désarmement progressif des quelque 10.000 combattants armés du Front Moro.

L'entité territoriale baptisée Bangsamoro remplace la région autonome actuelle, qui avait vu le jour à la faveur d'un accord signé en 1996. Elle est censée être plus grande et avoir davantage de prérogatives.

Vos commentaires