En ce moment
 

Premier essai dans l'animation pour Riad Sattouf avec "Les Cahiers d'Esther" sur Canal+

Premier essai dans l'animation pour Riad Sattouf avec
L'auteur de BD Riad Sattouf pose à Paris, le 5 octobre 2017JOEL SAGET

L'auteur de BD à succès Riad Sattouf se lance dans l'animation en adaptant ses "Cahiers d'Esther", qui suivent le quotidien d'une petite Parisienne de dix ans, en courts épisodes diffusés quatre fois par semaine sur Canal+ dès lundi 3 septembre.

Fidèle au ton et au graphisme de la bande dessinée originale, publiée dans L'Obs et en albums aux éditions Allary, la série se décompose en 50 épisodes de 2 minutes racontant des tranches de vie d'Esther.

Coproduite par Folimage, Les Compagnons du Cinéma et Les Films du Futur, la série sera diffusée en clair à 20H55 du lundi au jeudi. Une équipe d'une soixantaine de personnes y a travaillé pendant un an et demi, pour un budget de 2,2 millions d'euros.

C'est le studio drômois Folimage qui a contacté M. Sattouf : "J'ai dit oui car j'aime beaucoup ce studio, mais à condition que je sois le coréalisateur parce que je suis maniaque avec mes BD et je ne voulais pas que l'adaptation s'en éloigne", a-t-il expliqué lors d'une présentation presse.

C'est lui qui a choisi les comédiens doubleurs, notamment Elena, 9 ans, qui joue le rôle d'Esther. Perfectionniste, il a enregistré la trame sonore de chaque épisode en interprétant seul tous les personnages afin de donner le rythme. C'est également lui qui a composé le générique et doublé le père d'Esther.

Chaque épisode représente une planche de la BD, née de la relation particulière entre Riad et la fille d'un couple d'amis, avec qui il s'est entretenu toutes les semaines pour écrire ses cahiers: "j'essaie de garder l'état d'esprit de ce qu'elle me raconte, tous les aspects de l'enfance, avec la violence, l'innocence, la cruauté, il ne faut pas que ce soit trop réinterprété".

- Identité secrète -

La vraie Esther, dont l'identité est secrète, a vu la série et "elle adore", même si elle aurait préféré interpréter son personnage, explique l'auteur, ajoutant qu'elle est désormais âgée de 14 ans, ce qui n'aurait pas collé pour la voix.

"Quand on faisait les séquences avec les acteurs, ça leur rappelait des choses. Il y a un sentiment d'interdit que je voulais retranscrire dans la BD. En la lisant beaucoup de garçons ont l'impression de rentrer dans la tête des filles", estime-t-il.

Après s'être intéressé aux "puceaux boutonneux" dans "Les Beaux Gosses", ce quadragénaire voulait avec Esther "donner le point de vue d'une fille populaire". Sa seule intervention: "j'utilise moins de gros mots qu'elle".

Cette immersion au plus près des personnages est sa marque de fabrique, de ses BD "La vie secrète des jeunes" ou "Retour au collège" à son récit autobiographique "L'Arabe du futur", en passant par son long-métrage "Les Beaux Gosses".

"J'aimerais bien refaire de l'animation", confie-t-il. Il a notamment reçu des propositions pour "L'Arabe du futur", situé entre la Libye et la Syrie, mais souhaite terminer la série avant tout (trois tomes sont sortis sur cinq prévus). Carton en librairie et multiprimée, cette série a été traduite en 21 langues.

Pour les "Cahiers d'Esther", c'est lui qui a contacté Canal+, avec qui il avait adapté "La vie secrète des jeunes" en images réelles.

Arielle Saracco, directrice de la création originale du groupe, s'est dite "flattée que Riad nous choisisse pour sa première incursion dans l'animation. Heureux du résultat qui, non seulement ne trahit pas Esther, mais lui confère une autre dimension".

Folimage, qui a acquis les droits du premier tome, espère d'autres saisons.

Vos commentaires