En ce moment
 

Près de 150 morts dans les tempêtes en Inde, toujours en alerte

Une série de puissantes tempêtes a fait près de 150 morts en Inde cette semaine, ont rapporté vendredi les autorités dans un nouveau bilan, plusieurs régions restant en état d'alerte.

Une tempête de sable d'une rare intensité a coûté la vie à 121 personnes dans le nord du pays, principalement en Uttar Pradesh et au Rajasthan. La foudre de violents orages dans le sud, en Andhra Pradesh et au Telangana, a elle fait 21 victimes dans un épisode météorologique distinct.

Au nord, des vents soufflant jusqu'à 130 km/h ont déraciné des arbres, abattu des pans de maisons et renversé des pylônes électriques dans la nuit de mercredi à jeudi.

Dans le village de Mahuakhera près de la ville d'Agra, à 170 kilomètres au sud de la capitale New Delhi, Ram Bhorosi est en deuil. Ce père de famille a perdu son fils et un proche dans la destruction de leur habitation.

"Nous avions des invités à la maison et mon fils est allé à l'intérieur pour prendre une couchette lorsque la tempête a frappé. Une grosse pierre lui a fracassé la tête lorsque le toit s'est effondré", raconte-t-il à un journaliste de l'AFP.

"Une demi-douzaine d'hommes nous ont aidé à déblayer les décombres. (Les autorités) n'ont pas eu le temps de donner l'alarme, c'était si soudain."

Rien que pour le district d'Agra, où se situe le célèbre Taj Mahal de marbre blanc, au moins 43 personnes ont péri dans ces tempêtes de sable d'une violence rarement vue. Vingt-quatre villageois ont été tués pour la seule localité de Kheragarh, a rapporté la presse locale.

Sur place, des maisons endommagées bordent les routes poussiéreuses. Là où se dressaient des dizaines d'habitations ne restent plus que des tas de briques démolis par les vents.

Piétinant au milieu des décombres, des villageois essayaient de sauver quelques biens.

- "Furie de la nature" -

Dans la commune de Burera, Anil Kumar est encore sous le choc de n'avoir dû la vie qu'à un cheveu.

"Nous étions assis dehors lorsque les vents ont brusquement soufflé. Des débris ont enseveli quatre d'entre nous lorsque le mur est tombé. Mon grand-père est mort et les trois autres ont survécu avec des blessures", relate ce résident à l'AFP.

Cette tempête résulte de la conjonction d'une dépression, de températures inhabituellement élevées et d'humidité apportée par les vents. Ce type d'événement violent pourrait devenir de plus en plus fréquent avec le changement climatique, d'après la presse indienne.

Les habitants de la région restent sur leurs gardes alors que les prévisions météos annoncent d'éventuelles nouvelles tempêtes jusqu'à mardi.

"Nous n'avons pas pu dormir, nous étions inquiets que la tempête frappe à nouveau. Nous avons pris des précautions et tout placé en sécurité mais rien ne peut résister à la furie de la nature", confie à l'AFP Munna Lal Jha, un résident d'Agra.

Tempêtes et orages font tous les ans des victimes en Inde mais ceux de cette semaine figurent parmi les plus meurtriers de ces dernières décennies.

Les autorités ont ainsi recensé 76 décès dans le grand État pauvre d'Uttar Pradesh, et 39 dans la région touristique voisine du Rajasthan.

La chute de poteaux électriques dans certaines zones a entraîné des coupures de courant, un retour à la normale pourrait nécessiter plusieurs jours.

Dans l'État méridional d'Andra Pradesh, où de féroces orages ont tué 14 personnes, 41.000 frappes de foudre ont été recensées pour la seule soirée de mardi.

pho-ja-tw-amd/mra

Vos commentaires