En ce moment
 
 

Présidentielle 2020 aux Etats-Unis - Biden tacle Trump en ouverture du débat démocrate pour la présidentielle américaine

(Belga) Le vétéran de la politique Joe Biden a accusé le républicain Donald Trump d'avoir mis l'Amérique dans une "situation horrible" jeudi lors du débat démocrate pour la présidentielle américaine de 2020, où il a été rapidement attaqué sur son âge.

C'est le sénateur indépendant Bernie Sanders, "socialiste" revendiqué, qui a ouvert le débat en dénonçant les inégalités économiques: "Nous pensons que l'heure est au changement, un changement véritable". Il a admis que son programme comportait des hausses d'impôts pour la classe moyenne, qui seraient annulées par sa réforme du système de santé, qu'il rendrait gratuit. Interrogé à son tour sur l'économie, le centriste Biden a dénoncé la réforme fiscale introduite par le président Trump. "Donald Trump pense que Wall Street a construit l'Amérique", a-t-il lancé. "Donald Trump nous a mis dans une situation horrible. Nous avons des inégalités salariales énormes", a-t-il insisté, alors que sa campagne est axée sur la protection de la classe moyenne. Mais l'actuel favori des sondages, âgé de 76 ans, a rapidement été appelé à "passer le témoin". "Si nous voulons régler les problèmes, passez le témoin, si nous voulons résoudre le chaos climatique, passez le témoin, si nous voulons mettre fin à la violence par les armes et résoudre la dette étudiante, passez le témoin", a répété Eric Salwell, un parlementaire peu connu de 38 ans. "Je tiens toujours le témoin", a répondu l'ancien sénateur, avant d'être défendu par Bernie Sanders, 77 ans, estimant que l'argument était "générationnel". La sénatrice noire Kamala Harris, en retrait après un début de campagne réussi, en a profité pour les interrompre: "L'Amérique ne veut pas une bagarre de cantine, elle veut savoir comment nous mettons de la nourriture sur sa table". Ancienne procureure âgée de 54 ans, elle s'est également fait remarquer sur l'immigration et la santé, avec des interventions déterminées remplies d'émotion. Chrétien pratiquant, le maire de South Bend (Indiana) Pete Buttigieg a dénoncé les séparations de familles à la frontière mexicaine ordonnées un temps par l'administration Trump, en critiquant particulièrement le parti républicain "qui aime se draper dans un discours religieux".Le benjamin de la course (37 ans) est le premier candidat de poids dans une élection présidentielle à se déclarer homosexuel. Sur Twitter, Donald Trump a raillé les candidats qui "donnent la santé gratuite à des millions d'étrangers illégaux. Pourquoi pas s'occuper des citoyens américains d'abord! ". Joe Biden domine les sondages mais il mène une campagne à l'économie depuis l'annonce de sa candidature le 25 avril, évitant jusqu'ici au maximum la confrontation avec ses rivaux. Et à son âge, beaucoup s'interrogent sur sa capacité à tenir la distance d'une longue course qui doit s'achever en novembre 2020. Donald Trump ironise d'ailleurs régulièrement sur son manque d'énergie présumée, et l'a affublé du surnom "Joe-Dodo". Donné à 32% en moyenne dans les sondages nationaux, il devance Bernie Sanders (17%), le candidat qui avait inquiété Hillary Clinton en 2016. Derrière, on retrouve Kamala Harris et Pete Buttigieg. (Belga)

Vos commentaires