En ce moment
 

Rejet du visa d'un journaliste: la chef de Hong Kong refuse de s'expliquer

Chine

La chef du gouvernement de Hong Kong s'est refusée mardi à dire pourquoi le territoire avait rejeté le visa d'un journaliste du Financial Times, malgré l'avalanche de demandes d'explications sur ce défi sans précédent à la liberté de la presse.

Rédacteur en chef pour l'Asie du quotidien britannique, Victor Mallet a suscité l'ire des autorités chinoises et hongkongaises en invitant Andy Chan, dirigeant du Parti national, minuscule formation indépendantiste, à une conférence du Club des correspondants étrangers (FCC), une institution dans l'ex-colonie britannique.

Depuis la conférence organisée en août, le Parti national a été interdit par le gouvernement hongkongais, victime de la campagne de répression de l'indépendantisme menée par Pékin dans le territoire semi autonome.

Le renouvellement du visa de travail du journaliste britannique a été refusé et dimanche, il s'est vu signifier qu'il avait sept jours pour quitter Hong Kong.

Comme on l'interrogeait pour la première fois depuis que l'affaire a éclaté la semaine dernière, la chef du gouvernement Carrie Lam a déclaré que la décision avait été prise par les services de l'immigration.

Faire le lien avec le discours de M. Chan relève de la "spéculation pure".

"De manière générale, pas seulement localement mais aussi à l'international, nous ne révèlerons jamais, les services de l'immigration ne révèleront jamais, les circonstances particulières de ce cas ou les motivations de cette décision", a-t-elle dit à la presse.

Elle s'est refusée à évoquer directement les spéculations sur les motifs pour refuser un visa à M. Mallet, reconnaissant seulement avoir "remarqué qu'il y avait des débats dans l'air".

Mais, a-t-elle poursuivi, le gouvernement "ne tolèrera aucun plaidoyer pour l'indépendance de Hong Kong et les choses qui portent atteinte à la sécurité nationale, l'intégrité territoriale et les intérêts du développement".

Quand on lui a fait remarquer que le journaliste n'avait pas défendu l'indépendance mais simplement animé une conférence au club de la presse qui a également accueilli des dirigeants chinois, elle s'est refusée à tout commentaire.

Les journalistes pourront-ils désormais être poursuivis pour avoir interviewé des militants indépendantistes ou écrit sur l'indépendance? Mme Lam a répondu qu'elle ne pouvait donner aucun conseil en la matière mais souligné que la liberté de la presse et la liberté d'expression demeuraient des "valeurs fondamentales".

Londres et Washington ont exprimé leurs inquiétudes pour la liberté de la presse. De grands avocats de la ville ont également demandé des explications lundi, tandis que la Chambre américaine du commerce a prévenu que les entraves à la liberté de la presse pourraient nuire à la compétitivité de Hong Kong.

Un groupe de journalistes a remis au gouvernement lundi des pétitions signées par 15.000 personnes lui demandant aussi de s'expliquer.

Vos commentaires