En ce moment
 
 

Retour en France des corps des 13 soldats tués au Mali, à la veille d'un hommage national

Retour en France des corps des 13 soldats tués au Mali, à la veille d'un hommage national
Photo prise le 30 novembre et fournie le 1er décembre 2019 par le SIRPA montrant un soldat français de la force Barkhane saluant le cercueil d'un soldat mort dans la collision de deux hélicoptères deJames WILLIAM

Les corps des treize militaires français tués accidentellement au Mali sont arrivés en France où un hommage national leur sera rendu lundi, dans un contexte de réflexions et d'interrogations croissantes sur l'engagement militaire de la France au Sahel.

"Les corps sont en France", a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'état-major, Frédéric Barbry, soulignant que l'heure était au "temps des familles" avant l'hommage national qui leur sera rendu lundi aux Invalides à Paris, en présence du chef de l'Etat.

Avant le départ vers la France du gros porteur transportant les 13 cercueils, leurs compagnons d'armes au Mali leur avaient rendu un dernier hommage sur la base de Gao. L'état-major des armées a twitté dimanche une photo montrant la cérémonie de levée des corps, au coucher du soleil.

La mort des 13 militaires, tués lundi dans la collision entre un hélicoptère de combat Tigre et un Cougar de transport de commandos lors d'une opération contre des jihadistes, a créé un énorme choc en France, où l'armée n'avait pas enregistré de telle perte depuis l'attentat contre le QG français Drakkar à Beyrouth en 1983 (58 morts).

Elle a également relancé les questions autour de l'engagement français au Sahel, où la situation sécuritaire ne cesse de s'aggraver, même si seule La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon réclame ouvertement le retour des troupes.

Dans une tribune publiée dimanche dans le JDD, le patron de LFI a jugé "indispensable de définir les moyens" pour "ramener vite à la maison" les forces françaises déployées au Sahel. Tout en reconnaissant qu'un retrait immédiat des 4.500 militaires de Barkhane est "impossible", il a réclamé une "nouvelle attitude", une réflexion sur "les impasses" de la situation actuelle au Mali, et "une autre relation avec les peuples d'Afrique".

Ramener les troupes au pays, "c'est ce que Donald Trump fait dans le monde entier avec les conséquences qu'on connaît", a rétorqué le patron de LREM Stanislas Guérini sur France 3. "Si la France s'en va du Mali, c'est potentiellement la dislocation du continent africain qui poursuivra son oeuvre. Il faut y rester", a jugé de son côté Valérie Pécresse (Libres! ex-LR) sur BFM.

- Réexamen stratégique -

Toute la semaine, le gouvernement français a répété que l'action militaire antijihadiste de la France, engagée dans la région depuis 2013, était "indispensable" et nécessaire à la sécurité non seulement de la zone, mais aussi de l'Europe. Le combat de la France au Sahel "relève du temps long", a réitéré dimanche la ministre des Armées Florence Parly dans un entretien au JDD.

"Cette région se trouve aux portes de l'Europe", a-t-elle mis en garde, reprenant l'appel lancé par Emmanuel Macron à une plus grande implication des alliés européens dans la région. Paris ambitionne d'agréger l'an prochain des forces spéciales européennes pour accompagner les armées locales au combat.

Le chef de l'Etat avait indiqué jeudi vouloir réexaminer la stratégie de la force française au Sahel. "Dans les prochaines semaines, un travail en profondeur sera demandé au gouvernement et à nos armées pour regarder les modalités de nos interventions", a-t-il dit.

Les options envisageables peuvent porter sur "un effort (particulier) dans une zone", ainsi que sur la diplomatie, le développement et la "gouvernance" des pays concernés, souvent accusés d'inertie ou d'inefficacité, a précisé vendredi sur RFI le chef d'état-major des armées, le général François Lecointre.

Outre les interrogations sur l'avenir de Barkhane, la publication de dessins parodiques des 13 cercueils par l'hebdomadaire satirique et antimilitariste Charlie Hebdo - lui-même cible d'un attentat jihadiste meurtrier en janvier 2015 - ont provoqué l'"indignation" au sein de l'armée.

Dans une lettre ouverte, le chef d'état-major de l'Armée de Terre Thierry Burkhard a déploré des "caricatures terriblement outrageantes", dénonçant la "désinvolture" avec laquelle sont "raillés ceux qui ont donné leur vie afin que soient justement défendues nos libertés fondamentales".

Le directeur de Charlie Hebdo, Riss, a défendu dimanche "l'esprit satirique" du journal tout en reconnaissant "l'importance du travail (des) soldats français pour lutter contre le terrorisme", dans une lettre au chef d'état-major de l'armée de terre.

"Nous savons que leur mission (des soldats français) est difficile et qu'ils font face à des ennemis sans pitié. Ces dessins n’avaient pas pour but de douter de leur courage et de leur détermination", ajoute-t-il.

"Mais notre journal se doit de rester fidèle à son esprit satirique, parfois provocateur. Cela ne signifie nullement qu’il mésestime le dévouement de ceux qui se battent pour défendre des valeurs au service de tous. Nous tenions à vous le dire ainsi qu’aux familles des victimes," conclut-il.

Vos commentaires