Rugby Championship: les Blacks ne sont plus invincibles

sport

Les Blacks sont tombés ! Invincible ou presque depuis près d'une décennie devant son public, la machine néo-zélandaise s'est brisée contre l'Afrique du Sud (36-34), lors de la 4e journée du Rugby Championship, samedi à Wellington.

Quelle désillusion ! A l'image d'un Beauden Barrett impuissant dans la construction, et surtout peu habile au pied --4 transformations ratées dont deux presque face aux poteaux !--, les Blacks, qui pouvaient remporter dès samedi leur 3e Rugby Championship de suite, ont affiché un visage méconnaissable, eux qui restaient sur neuf victoires de rang dans la compétition.

Alors qu'ils ont eu plusieurs fois la possibilité de remporter la victoire dans les dernières minutes passées en supériorité numérique, sans jamais oser le drop ni choisir de tenter la pénalité, un énième en-avant des Blacks dans les 10 derniers mètres a offert aux Boks et à leur sélectionneur Rassie Erasmus une victoire de prestige.

"Obtenir un résultat en Nouvelle-Zélande, avec beaucoup de chance, nous donne de l'espoir en vue de la Coupe du monde qui arrive dans un an", a tempéré celui-ci, tandis que son capitaine Siya Kolisi savourait "un jour superbe pour l'équipe, un jour superbe pour l'Afrique du Sud".

Cela faisait neuf ans que les champions du monde n'avaient plus perdu contre une équipe nationale: excepté le revers contre les Lions britanniques l'an dernier, l'île du Pacifique avait concédé sa dernière défaite internationale le 12 septembre 2009, déjà contre les Boks (32-29).

- Fautes inhabituelles -

Si les Néo-Zélandais restent favoris pour remporter le tournoi de l'hémisphère sud, avec six points d'avance face à leurs adversaires du jour à deux journées de la fin, cet exploit sud-africain relance au moins le suspense à un an de la Coupe du monde, où l'on imaginait mal les Blacks faillir dans la défense de leur double titre.

Mais avec le niveau affiché par les Néo-Zélandais samedi, le doute est permis.

Fautes de main, grossières erreurs de jugement, imprécisions au pied, mauvais choix stratégiques dans les moments clés... La prestation des hommes de Steve Hansen est à oublier.

"Nous sommes évidemment déçus, il y a des secteurs sur lesquels nous devons travailler. Le vestiaire est sombre, très calme. Mais c'est important que nous apprenions quelque chose, sinon c'est une perte de temps", a analysé le sélectionneur.

Si parfois, la domination outrageuse des maîtres du rugby dans le jeu suffit à compenser ces quelques erreurs, cela n'a en effet pas été le cas contre une équipe d'Afrique du Sud aussi motivée qu'efficace.

Les Boks et leur manager Erasmus, sous pression depuis sa nomination en mars à cause de résultats plus que moyens, ont en effet profité de la moindre petite défaillance néo-zélandaise pendant 80 minutes de grand spectacle offensif.

Willie Le Roux a notamment habilement intercepté une touche jouée trop vite par Jordie Barrett dans ses 22 mètres pour aller marquer (25). Malcolm Marx a ensuite parfaitement conclu une pénaltouche concédée par les Blacks (32), et Cheslin Kolbe s'est facilement mis sur la trajectoire d'une passe téléphonée de Lienert-Brown pour aplatir seul (42).

Si l'on ajoute à cela l'effrayant 2 sur 6 au pied de Beauden Barrett, les inhabituelles fautes de main Blacks, et surtout les deux exploits personnels de l'ailier Bok Aphime Dyantyi (20, 57), la victoire sud-africaine paraît bel et bien logique, malgré six essais des locaux dont des doublés de Rieko Ioane et Codie Taylor.

Les Néo-Zélandais devront maintenant gagner en Argentine le 30 septembre pour s'assurer la première place, sans quoi le match retour en Afrique du Sud s'annoncera brûlant une semaine plus tard.

Vos commentaires