En ce moment
 
 

Soudan: trois morts lors des manifestations de jeudi (nouveau bilan)

Soudan: trois morts lors des manifestations de jeudi (nouveau bilan)
Des Soudanais manifestent contre le gouvernement, à Khartoum (Soudan), le 15 janvier 2019Linda ABI ASSI

Trois personnes ont été tuées jeudi lors de manifestations antigouvernementales au Soudan, selon un nouveau bilan donné vendredi par l'Association des professionnels soudanais, un groupe à l'origine de la contestation qui dure depuis près d'un mois.

La veille, un comité de médecins lié à cette association avait fait état de deux personnes tuées "par balles", un médecin et un enfant, lors des manifestations à Khartoum. Ce comité n'avait pas précisé qui était à l'origine des tirs mortels. Les proches des deux victimes ont confirmé ces décès à l'AFP.

Une marche vers la présidence avait été dispersée rapidement jeudi par les forces de l'ordre soudanaises déployées massivement dans la capitale, selon des témoins.

"Il y a eu une troisième personne tuée", jeudi, a déclaré à l'AFP depuis Paris Mohamed al-Asbat, porte-parole de l'Association des professionnels soudanais, qui regroupe notamment des médecins, des professeurs et des ingénieurs et qui est en première ligne dans la contestation.

Le porte-parole de la police n'était pas joignable dans l'immédiat pour réagir à ces déclarations.

A Khartoum, de nombreuses personnes se sont rassemblées vendredi dans le quartier de Buri pour les funérailles de la troisième victime, selon des témoins.

Certains ont attaqué une voiture de police qui était sur les lieux, selon un des témoins contacté par l'AFP. "La police a dû quitter le véhicule et fuir", a-t-il ajouté.

Jeudi, des incidents avaient éclaté entre manifestants et forces de l'ordre dans ce quartier.

En plein marasme économique, le Soudan est secoué par des manifestations quasi quotidiennes depuis le 19 décembre.

Déclenchées par la décision du gouvernement de tripler le prix du pain, elles se sont transformées en contestation du président soudanais Omar el-Béchir qui tient le pays d'une main de fer depuis un coup d'Etat en 1989.

Cette vague de contestation a fait 24 morts, selon un bilan officiel donné avant les dernières manifestations de jeudi. Des ONG internationales comme Human Rights Watch et Amnesty International ont elles évoqué 40 morts dont des enfants et des personnels médicaux.

Vos commentaires