En ce moment
 

Syrie: opérations contre les repaires jihadistes après la chute du "califat"

Syrie: opérations contre les repaires jihadistes après la chute du
Vue d'une partie du dernier réduit du groupe Etat islamique (EI) dans la ville de Baghouz, après sa prise par les Forces démocratiques syriennes (FDS), le 24 mars 2019Delil souleiman
Syrie

Les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont indiqué mardi qu'elles traquaient des jihadistes du groupe Etat islamique (EI) dans l'est de la Syrie, tandis que la coalition internationale anti-EI poursuit ses frappes contre leurs repaires, après la chute du dernier réduit du "califat".

Dans cette même région, les FDS ont annoncé le 23 mars, dans le village de Baghouz, la fin du "califat" autoproclamé en 2014 par l'organisation ultraradicale sur les territoires alors conquis en Irak et en Syrie.

A présent, les FDS "traquent ce qu'il reste du groupe terroriste", a déclaré mardi Mustefa Bali, le porte-parole de ces forces dominées par des combattants kurdes.

"Des groupes (de combattants jihadistes) se cachent dans des grottes surplombant Baghouz", a-t-il précisé.

La coalition internationale, dirigée par les Etats-Unis, a pour sa part affirmé qu'elle soutenait ces opérations en menant des frappes aériennes sur les repaires jihadistes.

"Les FDS cherchent à éliminer tout espace physique et influence que pourrait avoir Daech (acronyme arabe de l'EI, ndlr) dans la région et oeuvrent à éliminer les ressources dont il aurait besoin pour revenir", a indiqué lundi à l'AFP le porte-parole de la Coalition, Scott Rawlinson.

"En soutien à ces opérations de ratissage, la coalition poursuit ses frappes de précision en coordination avec les FDS", a-t-il assuré.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a pour sa part indiqué mardi que plus d'une dizaine de frappes aériennes de la coalition avaient ciblé des repaires de l'EI à Baghouz depuis dimanche.

Ces frappes ont touché des grottes et des terrains agricoles où se cacheraient les jihadistes, selon l'Observatoire.

Des jihadistes de l'EI restent disséminés dans le désert s'étendant du centre de la Syrie jusqu'à la frontière irakienne et des cellules "dormantes" sont prêtes à être réactivées, y compris dans des territoires contrôlés par les Kurdes. Certaines y ont déjà revendiqué des attentats meurtriers.

Sept combattants des FDS ont ainsi été tués dans une attaque revendiquée par l'EI le 26 mars à Minbej, ville du nord de la Syrie contrôlée par un conseil local lié aux FDS.

L'Observatoire a indiqué mardi que neuf jihadistes présumés avaient été capturés à Raqa, ex-capitale syrienne de l'EI, depuis dimanche.

Vos commentaires