En ce moment
 
 

Trois mois de prison avec sursis requis en appel contre un militant promigrants

Trois mois de prison avec sursis requis en appel contre un militant promigrants
Pierre Mumber s'adresse à son comité de soutien devant le tribunal de Grenoble, le 24 octobre 2019JEAN-PIERRE CLATOT

Trois mois de prison avec sursis ont été requis jeudi devant la cour d'appel de Grenoble à l'encontre d'un accompagnateur en montagne des Hautes-Alpes qui avait porté assistance à des migrants à l'hiver 2018 lors d'une maraude près de la frontière italienne.

Le jugement a été mis en délibéré au 21 novembre, à l'issue d'une audience où la version des faits des policiers a été attaquée par la défense, après des réquisitions demandant la confirmation de la peine prononcée en première instance à Gap en janvier.

Plus de 300 personnes sont venues devant le palais de justice "dénoncer le durcissement des politiques migratoires" et soutenir le "citoyen solidaire" qui comparaissait trois semaines après un autre militant promigrants, Kevin Lucas.

La culpabilité de cet autre militant a été confirmée en appel mercredi mais sa peine a été réduite à 2 mois avec sursis.

Pierre Mumber, 55 ans, comparaissait pour "aide à l'entrée irrégulière" d'étrangers et pour les avoir "aidés à se soustraire" à un contrôle de police, en les aidant à s'enfuir de la voiture où ils avaient été placés. Le prévenu a nié les deux motifs de poursuite.

Ce gérant de gîte, au casier judiciaire vierge, a rappelé ses engagements à Briançon que ce soit auprès de SDF, de personnes handicapées ou d'exilés, depuis qu'ils ont commencé à franchir massivement les Alpes par le col de Montgenèvre (Hautes-Alpes).

Contrairement au tribunal correctionnel de Gap, la cour d'appel a accepté de visionner les rushes des journalistes italiens qui accompagnaient, lors de cette glaciale soirée du 6 janvier 2018, la maraude à laquelle participait Pierre Mumber sur le front de neige de la station de ski.

Pour l'avocat général, "ce DVD n'est pas probant pour remettre en question" la version des policiers qui accusent le maraudeur d'avoir ouvert les portières de la voiture pour permettre à ses passagers de s'échapper. Hormis une jeune Nigériane - qui sera amenée à l’hôpital par les pompiers - , les autres migrants ne seront pas retrouvés.

Quant à l'accusation de franchissement de la frontière, elle est basée sur l'enquête de téléphonie montrant des bornages en France et en Italie. Me Philippe Chaudon a expliqué comment les mobiles accrochent le signal de l'antenne disponible la plus proche sans se soucier des frontières.

Pour le coeur du litige, les versions opposées de la police et de son client, Me Chaudon estime que "la version (à retenir, ndlr) est celle qui a défilé durant 19 minutes" où l'on voit "Pierre Mumber (qui) prête sa lampe de poche au policier pour le contrôle d'identité" et qui porte avec un autre aidant la jeune Nigériane souffrante dans la voiture de police.

Vos commentaires