Trump MENACE et annonce des missiles: "Que la Russie se tienne prête"

Trump MENACE et annonce des missiles:

Le président américain Donald Trump a averti mercredi la Russie, alliée de Bachar al-Assad, que des missiles seraient lancés sur la Syrie après l'attaque chimique présumée imputée au régime syrien. "La Russie jure d'abattre n'importe quel missile tiré sur la Syrie. Que la Russie se tienne prête, car ils arrivent, beaux, nouveaux et 'intelligents!' Vous ne devriez pas vous associer à un Animal qui Tue avec du Gaz, qui tue son peuple et aime cela", a écrit M. Trump dans un tweet.


"La Russie fera tout le nécessaire pour défendre ses citoyens sur le territoire syrien"

Les Occidentaux, Washington en tête, ont fait planer la menace d'une riposte militaire imminente contre le régime de Bachar al-Assad après une attaque chimique présumée dans le bastion rebelle de Douma près de Damas, imputée au régime, qui dément toute responsabilité. "Nous avons prévenu plus d'une fois les Etats-Unis des conséquences négatives qu'aurait un recours à la force contre le gouvernement légitime syrien, surtout si des militaires russes sont affectés. La Russie fera tout le nécessaire pour défendre ses citoyens sur le territoire syrien", a prévenu une source diplomatique russe.


La Russie dément toute utilisation d'armes chimiques

La Russie, alliée indéfectible du régime syrien, dément toute utilisation d'armes chimiques et a mis en garde contre des frappes qui auraient "de graves conséquences".

Cette attaque chimique présumée "est une tromperie et une provocation de plus", a dénoncé mercredi la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova. "Damas n'a pas de motivation pour utiliser des armes chimiques et il n'y a pas de preuves de son utilisation par Damas", a-t-elle plaidé. "Ce qui ce passe est une duperie d'une ampleur mondiale. Personne ne s'embarrasse de preuves, de faits. Tout le monde a déjà pris une décision selon un objectif déjà connu: écarter Assad", a-t-elle accusé.

"Les missiles intelligents doivent voler en direction des terroristes et non pas en direction du gouvernement légitime, qui lutte depuis plusieurs années contre le terrorisme international sur son territoire", a-t-elle encore déclaré sur Facebook.

Le Kremlin a mis en garde mercredi contre tout acte en Syrie pouvant, après les menaces de frappes des Occidentaux contre le régime de Damas, accusé d'être responsable d'une attaque chimique. "Nous espérons encore que toutes les parties vont éviter tout acte qui ne serait en réalité en aucun cas justifié et qui pourrait déstabiliser la situation, déjà fragile sans cela dans la région", a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, jugeant la situation actuelle "très tendue". "La Russie est favorable à une enquête objective et impartiale avant d'émettre des jugements", a poursuivi M. Peskov.


Trump estime que les relations avec la Russie sont pires que pendant la Guerre froide

Donald Trump a ensuite continué avec un deuxième tweet dans lequel il estime que les relations entre les Etats-Unis et la Russie sont "pires aujourd'hui qu'elles ne l'ont jamais été, y compris pendant la Guerre froide". "Il n'y a pas de raison à cela. La Russie a besoin qu'on l'aide sur son économie, ce qui devrait être très facile à faire, et nous avons besoin que toutes les nations travaillent ensemble. Arrêtons la course aux armements?", souligne encore le président dans son second tweet.

Depuis le début de la crise, Moscou et le régime n'ont de cesse d'accuser Washington et les puissances occidentales de chercher un "prétexte" pour mener des frappes en Syrie. Dès la mi-mars, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov avait ainsi affirmé que les rebelles syriens préparaient "des provocations avec un recours aux armes chimiques, notamment dans la Ghouta orientale".

Vos commentaires