En ce moment
 
 

Un YouTuber brésilien menacé de mort pour son soutien aux LGBT

Un YouTuber brésilien menacé de mort pour son soutien aux LGBT
File d'attente à la foire du livre de Rio de Janeiro afin de se voir remettre un des 14.000 exemplaire d'un ouvrage aux thématiques LGBT achetés et distribués gratuitement par le YouTuber brésilien FFernando SOUZA

Un YouTuber brésilien suivi par plus de 34 millions d'internautes a annoncé être la cible de menaces "de toutes sortes", y compris de mort, depuis qu'il a soutenu la cause LGBT à la biennale du livre de Rio de Janeiro.

Felipe Neto, un comédien de 31 ans, a reçu des "messages anonymes" et doit faire une déposition auprès de la police, a indiqué mardi à l'AFP sa porte-parole.

Invoquant un "risque imminent", il a annulé lundi sa participation à une rencontre sur l'éducation. Il a annoncé dans un tweet avoir envoyé sa mère à l'étranger, elle étant comme lui "menacée de mort".

"Il est atterrant qu'au Brésil, en 2019, un individu soit empêché de s'exprimer et de lutter contre (...) la censure et l'oppression sans être menacé", a dit Neto dans un communiqué.

Ses critique envers la politique de Jair Bolsonaro lui valent des attaques constantes des partisans du président d'extrême droite mais les hostilités ont passé le cran supérieur ce mois-ci après que Neto a acheté et distribué gratuitement 14.000 exemplaires de livres aux thématiques LGBT à la Biennale Internationale du Livre de Rio de Janeiro.

Il entendait ainsi protester contre la volonté du maire de la ville, le pasteur d'une église évangélique Marcelo Crivella, de censurer une bande dessinée montrant un baiser entre deux hommes, au début du mois.

Après divers rebondissements, la Cour suprême du Brésil avait annulé un ordre judiciaire autorisant le maire ultra-conservateur à saisir les exemplaires d'"Avengers, la croisade des enfants", du géant américain des Comics, Marvel.

Sur les réseaux sociaux, Felipe Neto est devenu la cible d'une campagne avec les mots-clés #PaisContraFelipeNeto (#ParentsContreFelipeNeto), en référence aux enfants et adolescents qui forment le public de sa chaîne YouTube.

"Celui qui dit que mon contenu exerce une mauvaise influence sur les jeunes, n'a pas vu ma chaîne, n'a aucune idée", s'est défendu l'humoriste dans une récente vidéo, "je continuerai de lutter (...) contre l'obscurantisme et l'oppression par tous les moyens".

Vos commentaires