En ce moment
 
 

Une Américaine a passé 35 ans en prison pour un meurtre qu'elle n'a pas commis: elle va toucher une somme colossale

Une Américaine a passé 35 ans en prison pour un meurtre qu'elle n'a pas commis: elle va toucher une somme colossale
© AFP - Los Angeles Times capture

Une Américaine désormais âgée de 68 ans a obtenu un dédommagement de 3 millions de dollars. Cathy Woods va recevoir cette somme en compensation des 35 années qu'elle a passées en prison pour un meurtre qu'elle n'a pas commis. C'est son avocate qui a dévoilé ces informations aux médias américains ce mercredi.

Le crime pour lequel Cathy Woods s'était retrouvée sous les verrous datait de 1976, quand une jeune étudiante infirmière de 19 ans, Michelle Mitchell, avait été retrouvée morte dans un garage proche du campus de la University of Nevada, à Reno. La jeune femme avait eu la gorge tranchée.

A cette époque, Cathy Woods travaillait dans un bar de Reno. Elle avait ensuite déménagé en Louisiane où elle était entrée en hôpital psychiatrique. Selon les explications d'une de ses avocates à l'agence Associated Press en 2014, Cathy Woods aurait alors prétendu être dangereuse, dans l'espoir d'obtenir une chambre privée dans l'hôpital.

Cathy Woods avait ensuite été condamnée pour le meurtre de Michelle Mitchell.


Disculpée grâce à un test ADN

Un mégot de cigarette ramassé sur les lieux du crime a finalement parlé des décennies plus tard, quand un test d'ADN a permis d'observer une concordance avec un détenu, Rodney L. Halbower. Ce dernier avait été jugé et incarcéré peu après le meurtre de Michelle Mitchell, pour le viol d'une femme à Reno. En 1986, il s'était un temps échappé de prison, fuyant vers l'Oregon où il avait poignardé une autre femme.

Ce n'est qu'à l'occasion d'un transfert vers l'Oregon en 2013, où il devait répondre de cet autre crime devant la justice de cet Etat, que son ADN avait été relevé et comparé aux bases de données. Les analyse ADN ont également permis de relier Halbower à une série de meurtres commis en 1976 en Californie, dans le comté de San Mateo, connus comme les Gypsy Hill killings.

Cathy Woods, libérée en 2014 après avoir été disculpée par des traces d'ADN, continue de poursuivre en parallèle la ville de Reno et d'anciens enquêteurs, qu'elle accuse de l'avoir forcée à de fausses confessions alors qu'elle était soignée dans un hôpital psychiatrique, en 1979.

Vos commentaires