En ce moment
 

USA: 20 ans de prison pour le Franco-Israélien "Oxymonster", trafiquant du dark web

Internet, ISRAEL

Un Franco-Israélien, primé dans des concours pour sa somptueuse barbe rousse, a été condamné mardi aux Etats-Unis à vingt ans de prison pour avoir vendu des stupéfiants sur le dark web, où il opérait sous le pseudonyme d'"Oxymonster".

Gal Vallerius, de son vrai nom, avait plaidé coupable en juin de trafic de stupéfiants et blanchiment d'argent devant un juge fédéral de Miami, en Floride, qui a rendu sa sentence mardi.

Cet homme de 36 ans était poursuivi pour avoir vendu différentes drogues --dont des opiacés comme l'oxycodone-- sur la plateforme Dream Market, l'une des principales du dark web, cet univers caché d'internet où se déroulent notamment des transactions illégales.

Il se faisait payer en cryptodevises.

Doté d'une longue barbe aux tons roux, il a été arrêté le 31 août 2017 à l'aéroport d'Atlanta, dans l'Etat de Géorgie, alors qu'il se rendait au championnat du monde des barbes et moustaches, organisé au Texas.

En 2015, il était arrivé en huitième position d'un tournoi mondial de barbes en Autriche.

Lors de son arrestation, les enquêteurs américains ont retrouvé dans son ordinateur portable l'équivalent de 500.000 dollars en bitcoins et une clé cryptée intitulée OxyMonster.

En Bretagne, où résidait le barbu polyglotte, les autorités françaises ont ensuite mené des perquisitions dans ses trois domiciles connus et découvert des restes d'emballage de produits stupéfiants, mais aucune drogue.

C'est quelqu'un doté d'un "ego surdimensionné" en raison de sa "maîtrise totale de l'accès au numérique", avait déclaré en juin à l'AFP une source judiciaire française. Ce "personnage hors normes", était persuadé d'être l'un des grands noms du dark web et d'avoir toujours un coup d'avance sur les enquêteurs, avait ajouté cette source.

"Son arrestation l'a détruit, il a tout perdu", a assuré sa femme Yasmin Vallerius, une Israélienne d'origine russe, dans un courrier adressé au juge de Miami reproduit par des médias américains.

Vos commentaires