Venezuela: deux présidents pour un pays, la tension est à son comble

Venezuela: deux présidents pour un pays, la tension est à son comble

Le président du Parlement, contrôlé par l'opposition, Juan Guaido, s'est autoproclamé président par intérim. Mais l'actuel président, Nicolas Maduro, soutenu par d'autres pays, ne compte pas se laisser faire. Reportage de Sébastien Rosenfeld.

Les affrontements entre les forces de police et les manifestants à Caracas illustrent un pays profondément divisé suite aux élections présidentielles du 18 janvier dernier. Deux hommes se déclarent désormais président du Venezuela. Le premier, Juan Guaido, 35 ans, pro américain, est le symbole de la volonté d’une génération avide de changement. Il s’est autoproclamé président. "Nous savons que nous vivons dans une dictature", a-t-il notamment déclaré.

Ce parfait inconnu de la politique, désormais président du parlement, incarne l’opposition au régime socialiste qui domine le pays depuis Hugo Chavez. Il a le soutien des États-unis et d’autres pays de la région proaméricains, comme l’Argentine, le Brésil et le Chili.


L’armée et la police soutiennent toujours Maduro

Face à Juan Guadio, il y a le président officiellement réélu de justesse, Nicolas Maduro. Héritier d’Hugo Chavez, il poursuit sa politique anti-américaine et a le soutien de la Russie, de la Turquie, du Mexique et de Cuba.

"J’ai décidé de rompre toute relation diplomatique et politique avec le gouvernement impérialiste des États-Unis", a-t-il déclaré.
Nicolas Maduro peut pour l’instant compter sur le soutien de l’armée et des forces de police. L’ONU appelle au dialogue pour éviter l’escalade. Les troubles ont déjà fait 13 morts en deux jours.

Vos commentaires