En ce moment
 

Wall Street, surprise par deux annonces de Donald Trump, termine en baisse

(Belga) Wall Street a terminé en baisse jeudi, le président américain Donald Trump suscitant surprise et inquiétudes en annulant son sommet avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et en menaçant de durcir les droits de douane sur les importations de véhicules.

Selon des résultats définitifs à la clôture, l'indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a lâché 0,30% à 24.811,76 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a perdu 0,02% à 7.424,43 points. L'indice élargi S&P 500 a abandonné 0,20% à 2.727,76 points. "Le marché est particulièrement concentré sur deux dossiers actuellement, les négociations commerciales et les craintes géopolitiques avec la Corée du Nord. Donald Trump vient de reculer sur les deux sujets", a indiqué Tom Cahill de Ventura Wealth Management. Le président américain a brutalement annulé jeudi le sommet prévu dans moins de trois semaines à Singapour avec Kim Jong Un, dénonçant "l'hostilité" du régime de Pyongyang. Et il a ordonné mercredi soir à son ministre du Commerce Wilbur Ross de lancer une enquête sur les importations de véhicules aux Etats-Unis, qui pourrait aboutir à l'imposition de taxes douanières supplémentaires. "Tout cela pèse", a affirmé Nate Thooft de Manulife AM. Mais, dans le fond, "la résilience du marché n'est pas mauvaise". "Désormais les investisseurs savent comment se comporte Donald Trump. Tout cela fait partie de sa stratégie de négociation", a-t-il ajouté, pour expliquer le recul plutôt mesuré des indices à la clôture après une baisse plus marquée en début de séance. Le marché obligataire se détendait: le taux de rendement des bons du Trésor américains à dix ans évoluait à 2,974%, contre 2,994% la veille, et celui à trente ans baissait à 3,123%, contre 3,152% à la précédente clôture. La raison de cette détente vient principalement de la publication mercredi du compte-rendu de la dernière réunion de la banque centrale (Fed), suggérant une possible décorrélation entre de futures hausses de taux d'intérêt et l'inflation. (Belga)

Vos commentaires