Waterloo, première commune belge qui recycle les mégots de cigarettes: voici ce qu'ils vont devenir

La commune de Waterloo a placé lundi le premier d'une dizaine de cendriers à installer dans des espaces publics et permettant de recycler les mégots de cigarettes. Ces mégots seront collectés, dépollués par la société Mé Go! de Brest (France) puis recyclés pour fabriquer des palettes ou du petit mobilier. Il s'agit d'une première en Belgique. La société bruxelloise WeCircular, qui collabore avec Mé Go!, discute avec d'autres villes, dont Namur, ainsi que des entreprises. Elle collectera les mégots à Waterloo, les acheminera à Brest et se chargera de l'entretien des cendriers pour 4.500 euros par an.

L'achat des cendriers a également coûté 4.500 euros à la commune de Waterloo. Il s'agit de petits poteaux en aluminium fixés au sol, et dont les ouvertures destinées à accueillir les mégots empêchent d'y glisser d'autres déchets. Les mégots seront collectés régulièrement, centralisés chez WeCircular dans des conditionnements hermétiques et envoyés à Brest pour être recyclés selon un procédé unique.

Mé Go! traite actuellement de 20.000 à 30.000 mégots par jour collectés dans certaines villes françaises. Il s'agit, pour Waterloo, de lutter contre le jet de mégots de cigarettes dans les espaces publics, qui constitue une des incivilités les plus fréquentes et coûte cher en terme de nettoyage mais aussi d'impact environnemental. En plus de la pollution visuelle qu'ils engendrent, les mégots nuisent à l'environnement de manière importante: des études considèrent qu'un seul mégot peut contaminer jusqu'à 500 litres d'eau.

Vos commentaires