Couverte il y a 200 ans, la Senne va probablement refaire partie du paysage à Bruxelles: voici le projet sur les rails (photos)

A savoir


La Senne à ciel ouvert, c’est peut-être un projet qui va se concrétiser à Bruxelles. Cette rivière qui traversait autrefois le cœur de la capitale a été voûtée, enterrée, pour des raisons d’insalubrité au 19e siècle. L’idée serait de la rouvrir aujourd’hui, mais sur quelques centaines de mètres seulement. Les travaux devraient commencer dans 5 ans.

La Senne à ciel ouvert, c’est peut-être un projet qui va se concrétiser à Bruxelles. Cette rivière qui traversait autrefois le cœur de la capitale a été voûtée, enterrée, pour des raisons d’insalubrité au 19e siècle. L’idée serait de la rouvrir aujourd’hui, mais sur quelques centaines de mètres seulement. Les travaux devraient commencer dans 5 ans.

 
La Senne coule sous les pieds des Bruxellois

C’est dans le Parc Maximilien, entre les immeubles et les tours, que la Senne pourrait faire sa réapparition. "Sous mes pieds, il y a la Senne qui coule", explique Nathalie Guilmin, porte-parole de Bruxelles Environnement. "Nous allons mener une étude pour voir comment pouvoir remettre cette Senne à ciel ouvert."

Voilà à quoi devrait ressembler le projet final:Grab_20170718_133556_775
L’eau fraierait sont chemin entre les espaces verts et les lieux de promenade. La Senne coule à plusieurs mètres sous terre. Pour l’approcher, il faut se rendre au musée des égouts.


La Senne est aussi visible à Anderlecht!

"Ici, nous sommes à peu près à dix mètres sous terre", explique la porte-parole de Bruxelles Environnement. "Nous sommes sur une partie de ce tronçon qui fait à peu près 6 kilomètres du voûtement de la Senne entre la gare du midi et le pont Van Praet."

Peu le savent, mais la Senne est aussi visible à ciel ouvert  à Anderlecht. Dans un écrin de verdure, au milieu de l’agitation de la capitale, seul le bruit de l’eau vient rompre le silence.


"A l’époque, c’était un égout à ciel ouvert"

Pourtant, en 1867, le bourgmestre Anspach décide de cacher la rivière sous des tonnes de béton. "A l’époque, c’était un égout à ciel ouvert, il y avait des mauvaises odeurs, des moustiques, c’était vu comme une nuisance pour les habitants d’autrefois", rappelle Nathalie Guilmin.

Un peu plus loin, autre endroit de découverte. Ici aussi, le temps semble s’être arrêté. "L’idée, avec la qualité de l’eau qui s’améliore, c’est vraiment d’aménager les berges pour permettre aux piétons de se réapproprier cet espace et de ne plus devoir circuler le long de la chaussée, de pouvoir profiter de cet environnement magnifique. C’est un projet qui va bénéficier d’une subvention européenne."


"En 2010, il n'y avait aucun poisson"

Bonne nouvelle, la qualité de l’eau de la Senne s’améliore considérablement, et ce, depuis la station d’épuration au nord de Bruxelles il y a près de dix ans. "C’est une rivière qui était devenue totalement morte à cause de la pollution", explique la porte-parole.  "En 2010, Bruxelles environnement n’a trouvé aucun poisson. Trois ans plus tard, on a trouvé un malheureux poisson. Et en 2016, l’an dernier, on a trouvé jusqu’à 200 individus et 15 espères différentes, c’est assez spectaculaire !"

Après 150 années passées sous terre, la Senne pourrait bien vivre une seconde vie et faire à nouveau partie du quotidien des Bruxellois.

Vos commentaires