En ce moment
 
 

Émeute à Anderlecht suite au décès d'un jeune lors d'une course-poursuite: 45 personnes arrêtées

 
 

Des émeutes ont éclaté ce samedi à Anderlecht dans le quartier autour de la station de métro Clémenceau. De nombreux actes de violence ont été perpétrés. Des jeunes de la commune et d'autres quartiers se sont réunis suite à un appel lancé sur les réseaux sociaux pour protester contre la mort d'un jeune lors d'une course-poursuite avec la police, vendredi soir. D'après le bourgmestre, contacté vers 20h45, 45 individus ont été identifiés et arrêtés. La situation s'est calmée à partir de 18H. La police maintient néanmoins une garde toute la nuit.

De nombreuses personnes sont descendues dans les rues d'Anderlecht ce samedi après-midi. Elles ont protesté suite au décès d'un jeune durant une course-poursuite avec la police ce vendredi soir (voir notre article ici). Des appels à se rassembler ce samedi à 14h avaient été lancés sur les réseaux sociaux. Sur place, la situation a été extrêmement tendue et violente. "Émeute en ce moment à Anderlecht contre la police", nous a écrit un témoin via le bouton orange Alertez-nous. "Grosse émeute, les flics sont caillassés", nous a indiqué un autre.

L'une de nos équipes RTL INFO s'est rendue sur place. Les jeunes dans les rues ont accusé la police d'avoir tué le jeune fuyard vendredi soir. De son côté, le bourgmestre d'Anderlecht a affirmé que des jeunes d'autres quartiers se sont rassemblés dans sa commune, parlant de "casseurs".

Un casseur vole une arme dans un combi saccagé: elle aurait été récupérée

Un témoin nous a envoyé une photo du combi après l'événement via le bouton orange Alertez-nous. Une vidéo montrait un jeune homme dérober une arme dans le combi en question. D'après nos informations obtenus vers 19h, cette arme aurait été récupérée.

45 arrestations: il faudra déterminer quelles seront les poursuites

La police de la zone Bruxelles-Midi était sur le qui-vive depuis samedi matin à la suite d'appels au rassemblement lancés sur les réseaux sociaux. La police est intervenue, les rassemblements étant interdits, et la situation a évolué en émeutes.

Tout le quartier autour de la station de métro Clémenceau a été bouclé par la police. Un dispositif policier très important a été déployé. Un canon à eau a été envoyé, ainsi qu'un hélicoptère. Des renforts venus d'autres zones de police ont été mobilisés. D'après le bourgmestre d'Anderlecht, une centaine de policiers sont sur les lieux.

La police et le parquet ont communiqué vers 18h30, alors que la mobilisation policière était toujours en cours. "Nous sommes arrivé à 25 arrestations. Ça reste à déterminer si ça sera des arrestations administratives ou judiciaires. Parce que nous devons consulter les images. Nous avons aussi arrêté des gens dont on est quasi certains qu'ils ont jeté des pierres", a déclaré Patrick Evenepoel, chef de corps de la zone de police Bruxelles-Sud. Plus tard dans la soirée, le bourgmestre nous a précisé que le bilan des arrestations était finalement monté à 45.

La police a également relevé qu'une personne a été blessée et qu'une policière a fait un malaise au cours des opérations.

"Il faut être très précis dans ce genre d'infraction. On le voit, il y a beaucoup de monde en rue, mais il faut pouvoir identifier la personne qui commet une infraction. Qui lance une pierre contre un véhicule de police, qui frappe d'autres personnes, etc. Mais on ne peut pas mettre tout le monde dans le même sac. Il faut pouvoir imputer un fait infractionnel à un hauteur, raison pour laquelle il faut regarder les images et faire l'enquête pour avoir des éléments très précis", a indiqué Denis Goeman, porte-parole du parquet de Bruxelles.

La famille du jeune Adil a elle-même dit qu'elle n'était en rien responsable des appels et appelle au calme

Nous avons contacté le bourgmestre d'Anderlecht, Fabrice Cumps, en direct dans le RTL INFO 19H. "Je lance un appel au calme, et d'ailleurs la famille du jeune Adil a elle-même dit qu'elle n'était en rien responsable des appels et appelle au calme dans le quartier", a-t-il confié.

Concernant le respect du confinement, le bourgmestre a indiqué qu'il n'y aurait aucune tolérance. "Il n'y a aucune tolérance, lorsque nous avons appris qu'il y avait des appels à se rassembler, nous avons mis en place un plan d'action avec l'état major de la police. Quand c'est l'hypothèse de la violence qui est apparue, nous avons répondu avec la plus grande fermeté par rapport aux affrontements et aux débordements. À l'heure où je vous parle, nous avons d'ores et déjà une trentaine d'arrestations de jeunes qui n'étaient visiblement pas là pour se recueillir, mais d'aller à l'affrontement et de caillasser la police", a indiqué Fabrice Cumps.

© RTL INFO

Véhicules incendies et appels aux rassemblements

D'après nos confrères de la Capitale, quatre véhicules auraient déjà été incendiés volontairement à Anderlecht dans la nuit de vendredi à samedi. La Dernière Heure a annoncé également que le décès du jeune homme a suscité une vive émotion et qu'un appel au rassemblement dans le quartier Clémenceau a été lancé.


 




 

Vos commentaires