En ce moment
 

Incidents lors la manifestation des fonctionnaires à Bruxelles: la police utilise autopompes et gaz lacrymogène (photos)

Quelque 10.000 personnes ont défilé vendredi dans les rues de Bruxelles pour dénoncer la réforme du régime de congé maladie dans la fonction publique. À partir du 1er janvier, policiers, pompiers, militaires et membres de la fonction publique fédérale ne pourront plus reporter leurs jours de congé maladie inutilisés à l'année suivante. Les organisations défendant les intérêts des travailleurs du secteur public dénoncent une mesure adoptée sans concertation par le gouvernement.

Les manifestants, rassemblés en front commun syndical, sont partis du boulevard Albert II, non loin de la gare du Nord, vers 11h30. Ils ont arpenté les boulevards de la Petite Ceinture. Des centaines de pompiers ont alors fait étape rue de la Loi, à proximité du carrefour Arts-Loi.


Gaz lacrymogènes et canons à eau

La police est intervenue en plaçant deux autopompes et plusieurs combis. Les pompiers ont jeté quelques canettes de bière en direction des policiers et ont déplacé quelques chevaux de frise. Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogène et de canons à eau. Un agent de police a été blessé à la tête au cours de ces affrontements. La victime a été admise à l'hôpital. Deux photographes de presse ont également été légèrement blessés.

Le cortège s'étant disséminé au fil des haltes des pompiers, les discours des dirigeants syndicaux au Mont des Arts ont eu lieu devant une audience réduite à quelques centaines de manifestants.


Réunions prévues

Les responsables ont annoncé aux militants la tenue prochaine de réunions avec les ministres compétents. Une rencontre avec le ministre de la Fonction publique, Steven Vandeput (N-VA), est ainsi programmée mardi à 14h00. Les syndicats y rappelleront leurs exigences et si l'entrevue ne donne rien, ils se disent déjà prêts à se mobiliser à nouveau. Olivier Nyssen, secrétaire général à la CGSP Admi, a précisé qu'une rencontre "infructueuse" s'était tenue vendredi avec le cabinet du ministre de l'Intérieur Jan Jambon. D'autres sont prévues dans les prochains jours. Ainsi, pour les pompiers, les délégués syndicaux doivent rencontrer M. Jambon le 17 octobre.


"On attrape ces maladies alors même qu'on est en train de sauver des vies"

"Le métier de pompier est confronté à toutes sortes de maladies qui ne sont pas reconnues comme maladies professionnelles", explique Eric Labourdette, représentant SLFP et président du secteur zone de secours - SIAMU Bruxelles. "On attrape ces maladies alors même qu'on est en train de sauver des vies. Le gouvernement ne peut pas réformer ainsi le régime des pompiers", souligne-t-il.

M. Labourdette défend le sort des pompiers mais n'en reste pas moins solidaire des fonctionnaires occupant des postes administratifs. "Eux sont confrontés à d'autres problèmes: le stress, la vétusté des moyens, les confrontations parfois violentes avec le public... Chaque fonctionnaire est au service de la population. Le gouvernement doit donc arrêter de prendre des mesures antisociales avec ses fonctionnaires", clame-t-il.

Les services de police souhaitent également s'entretenir avec le ministre de l'Intérieur pour discuter notamment de la problématique des engagements, des primes et des pensions. Aucune date n'a toutefois encore été retenue.

Vos commentaires