La fête a dégénéré après le match entre le Maroc et la Côte d'Ivoire au centre de Bruxelles: les dégâts sont impressionnants, 22 policiers blessés (vidéo)

Des émeutes et bagarres de rue ont éclaté dans le centre de Bruxelles hier soir, peu après la qualification de l'équipe de football du Maroc pour la coupe du monde. Entre 200 et 300 personnes se sont opposées aux forces de l'ordre. La police a dû utiliser à deux reprises un canon à eau place de la Bourse et au carrefour Lemonnier. 22 policiers ont été blessés. Deux véhicules ont été incendiés, des magasins ont été pillés et du mobilier urbain saccagé. Un retour au calme a été observé peu après minuit.

De violents affrontements ont éclaté hier soir au centre de Bruxelles, quelques minutes après le match entre le Maroc et la Côte d'Ivoire, qui a vu la qualification de l'équipe marocaine pour la Coupe du monde en Russie. Entre 200 et 300 personnes, selon des chiffres de la police, ont été impliquées dans des bagarres.


Des jeunes présents pour provoquer

Suite à la qualification du Maroc pour la Coupe du Monde, un rassemblement spontané s'est tenu devant la Bourse. Des célébrations... Avant des débordements. Que s'est-il passé pour en arriver là ? Les versions sont différentes. Du côté de la police, on accuse des jeunes présents pour provoquer, explique Olivier Slosse, commissaire de police dans la zone Bruxelles-Capitale, sur Bel RTL: "Il y avait parmi les gens qui se rendaient à la Bourse des groupes de personnes qui en profitaient pour casser du mobilier de rue, dégrader des voitures, monter sur celles-ci, même des voitures qui étaient dans la circulation, et qui jetaient des objets vers la police".


"La police a été menaçante dès le départ"

L'intervention a donc été nécessaire, mais elle a été agressive et disproportionnée selon plusieurs témoins qui nous ont contactés via le bouton orange Alertez-nous, comme Amélie : "L'ambiance était bon enfant. La police a démarré sa charge et une autopompe a commencé ses jets d'eaux alors que tout se passait bien. La police a été menaçante dès le départ. Je trouve inadmissible de jouer la provocation". "Je travaille chez les pompiers, j'étais sur place, la police a déconné. Il y avait une bonne ambiance et la police a chargé les gamins et ça a dégénéré", a affirmé un autre témoin


Des voitures incendiées, des magasins saccagés et pillés

Les fauteurs de troubles ont bouté le feu à deux voitures et brisé des vitrines sur le boulevard Lemonnier, donnant lieu au pillage de certains magasins. La police n'a encore procédé à aucune interpellation, mais les images caméras seront saisies et exploitées afin d'ouvrir des dossiers judiciaires à ce sujet, a annoncé le commissaire. Vingte-deux policiers ont été blessés. Une autre personne a également été emmenée à l'hôpital, sans qu'il soit établi si elle était impliquée dans les échauffourées.

 

Retour au calme après minuit

Afin de disperser la foule, la police a eu recours par deux fois à un canon à eau, place de la Bourse dans un premier temps et puis à hauteur du carrefour Lemonier. Le retour au calme a été constaté vers 00h30 dimanche matin, les appuis de la police fédérale et d'autres zones de police locale ont alors quitté les lieux.


"Inacceptable"

Ces émeutes sont "inacceptables", a réagi sur Twitter dimanche matin le ministre de l'Intérieur Jan Jambon. "Agression inacceptable dans le centre de Bruxelles. Le vivre-ensemble implique le respect, aussi pour les policiers qui s'engagent pour notre sécurité nuit et jour", indique-t-il sur le réseau social.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires