En ce moment
 
 

Les vols de vélo, le nouveau fléau des grandes villes: "Il faut multiplier les obstacles que le voleur aura à franchir"

 
 

Des vols de vélo, il y en a beaucoup en Belgique. En moyenne : 230 par jour. C'est même LE nouveau fléau, qui frappe surtout les grandes villes. La police de Bruxelles dispose d'ailleurs d'une "section spéciale" pour lutter contre ce phénomène. Dès janvier prochain, une amende à perception immédiate de 250 euros pourra même être perçue en cas de flagrant délit.

Devant la gare centrale de Bruxelles, un vélo a attiré l’attention de deux policiers en civils. Le cadenas intégré a en effet été sectionné. L’homme, arrivé quelques minutes plus tôt au guidon de ce deux roues, est interrogé. "Gardez vos mains en évidence", lui lance l’un des agents.

"En plus du vélo probablement volé qu’il utilise comme ça, il a un ordinateur portable qui paraît de provenance douteuse, nous indique le policier. Donc on va ramener le tout à notre commissariat pour aller faire des vérifications. Mais le vélo est probablement volé."

On ne peut ni voir le visage ni connaître l’identité des agents de police interviewés. L’anonymat est en effet l’un de leurs outils de travail. Il font partie de la section spécialisée dans la lutte contre le vol de vélos à la zone Bruxelles-Ixelles. Ils sont entrainés à repérer les engins volés. Régulièrement, ils mènent des opérations dans des lieux où les vols sont fréquents.

On a repéré quelqu’un qui faisait des allées et venues

Installés discrètement autour d’un parking à vélos, ils tentent de prendre des voleurs en flagrant délit. "On a repéré quelqu’un qui faisait des allées et venues mais pour l’instant, il s’est arrêté à un abribus, explique l’agent. Ou bien c’est un simple passant qui est trop tôt pour sa correspondance, ou alors c’est quelqu’un qui est peut-être intéressé mais comme il y a beaucoup d’allées et venues à cette heure-ci, il va peut-être attendre que les gens partent pour qu’il puisse passer à l’action."

Depuis 2019, la zone Bruxelles-Ixelles tient la page Facebook "véloflic polbru" où elle publie les photos de vélos retrouvés par ses services. L’interface sert également de point de contact pour les victimes de vols. "On reçoit entre deux et trois messages par jour en moyenne."

Les policiers scrutent également les sites de vente de vélos d’occasion. "En fonction des informations qui sont rentrées via véloflic ou via des plaintes, on va rechercher sur les réseaux de vente si le vélo en question n’est pas mis en vente après le vol, ce qui est souvent le cas."

5 vols de vélos enregistrés chaque jour à Bruxelles-Ixelles

Les deux roues sont de plus en plus nombreux et de plus en plus chers, la tentation pour les voleurs est donc croissante. Rien que dans la zone Bruxelles-Ixelles, 5 vols de vélos sont enregistrés chaque jour. Des chiffres qui masquent une réalité plus importante : on estime qu’une victime sur trois ne dépose pas plainte. Or ces signalements sont extrêmement importants. "C’est essentiel pour nous de manière à pouvoir établir une cartographie des espaces où l’on vole des vélos. Ça nous permet également d’enregistrer les signalements en question et, le cas échéant, lors de retrouvailles de vélos volés de pouvoir les restituer à leur légitime propriétaire", informe Guy Cormont, commissaire à la zone de police Bruxelles-Ixelles. 

Depuis le début de l’année, une trentaine de voleurs de vélos ont été arrêtés en flagrant délit. Pour éviter le vol, l’idéal, c’est bien sûr de bien attacher son 2 roues. "Tout se brise, tout se découpe, tout se meule, tout se disque… En fait, ce qui va varier, c’est le temps de résistance du cadenas en question. Si on a un conseil à donner, c’est de multiplier les difficultés, c’est-à-dire de multiplier les obstacles que le voleur aura à franchir", poursuit Guy Cormont.

Combiner un cadenas en U et une chaine, par exemple, obligera le voleur à utiliser deux outils différents. Une difficulté qui le poussera probablement à privilégier une autre cible…


 




 

Vos commentaires