En ce moment
 
 

Rumeurs infondées de viol sur une fillette de 4 ans à Schaerbeek: une jeune femme arrêtée pour avoir endommagé les vitres de l'école n°1

 
 

En lien avec les débordements qui ont eu lieu mardi devant l'école communale n°1 de Schaerbeek, une femme de 30 ans a fait l'objet d'une arrestation judiciaire pour des bris de vitres, indique mercredi la porte-parole de la police de Bruxelles-Nord. La police précise qu'il y a également eu une arrestation administrative d'un homme pour trouble à l'ordre public. Le bourgmestre de Schaerbeek, Bernard Clerfayt, a décidé de porter plainte "au nom de l'école communale".

Les soupçons (entretemps infirmés par le parquet de Bruxelles) de viol sur une fillette de 4 ans inscrite à l'école n°1 à Schaerbeek ont échauffé les esprits de certains parents d'élèves ainsi que d'autres personnes extérieures à l'école. Quelque 250 personnes se sont rassemblées mardi soir devant l'école communale, située rue Josaphat, et des débordements ont eu lieu. Ce mercredi, on apprend qu'une femme de 30 ans a fait l'objet d'une arrestation judiciaire pour des bris de vitres, indique mercredi la porte-parole de la police de Bruxelles-Nord (Schaerbeek, Saint-Josse-ten-Noode et Evere), Audrey Dereymaeker, confirmant une information de la Dernière Heure. La police précise qu'il y a également eu une arrestation administrative d'un homme pour trouble à l'ordre public. Selon un communiqué du bourgmestre de Schaerbeek, Bernard Clerfayt, les deux personnes interpellées sont des habitants de Laeken (Bruxelles-Ville) et Anderlecht.


La jeune femme n'a pas d'antécédents judiciaires

Le porte-parole du parquet de Bruxelles, Denis Goeman, indique que la femme arrêtée judiciairement a été relaxée après audition mardi soir mais que le dossier suit son cours. Elle a été interpellée au motif de dégradation de biens immobiliers. Elle aurait jeté une bouteille sur une vitre de l'école et l'aurait cassée. La jeune femme née en 1988 n'a pas d'antécédents judiciaires.

Audrey Dereymaeker souligne par ailleurs que l'agressivité des manifestants n'était pas spécialement dirigée contre la police.

Une autre arrestation, administrative, a également eu lieu.


Le bourgmestre porte plainte

Le bourgmestre de Schaerbeek Bernard Clerfayt (DéFI) a annoncé mercredi via communiqué le dépôt d'une plainte "au nom de l'école communale n°1, de toute son équipe pédagogique et tout son personnel", visant d'une part des "appels à la violence" contre l'établissement scolaire et d'autre part les "dégradations" qui ont effectivement eu lieu. 


Bernard Clerfayt s'en prend à un conseiller communal cdH qui aurait répandu des "appels à la haine"

Les débordements ont poussé le bourgmestre à ordonner une fermeture de l'école pour le reste de la semaine, en espérant un retour au calme. Le bourgmestre Clerfayt dénonce mercredi le rôle de certains conseilleurs communaux, parlant même de "prédicateurs de haine". Il cite en premier lieu Yusuf Yildiz, qui était... sur la Liste du Bourgmestre aux dernières élections communales.

Yildiz avait cependant quitté cette Liste en décembre, pour d'abord siéger comme indépendant avant de rejoindre récemment les rangs du cdH. Selon le bourgmestre de Schaerbeek, Yildiz s'est rendu coupable d'"un appel à la violence dans une vidéo en turc sur les réseaux sociaux", ce qui correspond sans doute à la vidéo dans laquelle le conseiller communal parle face caméra, et qu'il a postée vendredi.

Cette vidéo est accompagnée d'un commentaire évoquant un abus sexuel sur un enfant de 4 ans, alors même que cette information n'était pas confirmée par la justice. Concernant celui qui avait été élu sur sa propre liste, le bourgmestre DéFI va jusqu'à "réclamer de Maxime Prévot, président du CDH, qu'il prenne la sanction que le comportement de Mr Yusuf Yildiz réclame, à savoir la radiation de son parti". Il ajoute souhaiter que le conseiller communal soit exclu de la liste électorale cdH sur laquelle il figure pour les régionales.

Selon Bernard Clerfayt, d'autres "intervenants" auraient aussi, sur les réseaux sociaux, appelé "à manifester violemment": "le conseiller communal socialiste de la Ville de Bruxelles, Mr Diallo et le conseiller communal, chef de groupe socialiste au conseil communal de Schaerbeek, Mr Bouhjar".


 




 

Vos commentaires