En ce moment
 
 

Simon et Katia, ces deux Bruxellois qui construisent des meubles… à partir de baguettes chinoises (vidéo)

 
 

Depuis le mois de janvier, Simon Rémy et Katia Shahbenderian se sont lancés dans un nouveau projet. Ils récupèrent les baguettes utilisées dans un restaurant bruxellois pour les recycler.

"On récupère les baguettes chinoises dans un restaurant, confie Simon Rémy, ébéniste, à notre journaliste Clémence Kreit. On a mis une boite de récupération où les serveurs et les gens jettent leurs baguettes. Ensuite, on vient les récupérer une fois par semaine et avec ces baguettes, on fabrique des meubles et autres objets de décoration."

En moyenne, le duo récupère environ 15kg de baguettes par semaine, "ce qui fait deux sacs de 110 litres remplis, c’est déjà beaucoup", assure Simon. Avec cela, l’ébéniste a déjà créé des plateaux, des boîtes à couverts, un porte-serviette, un support à menu, des étagères, des petits meubles… "Evidemment, tout ne se fait pas en baguettes. On a besoin de structures pour les assembler ou de supports sur lesquels les coller. Ces supports sont en bois. Ce bois, on le récupère dans des dépôts clandestins des rues de Bruxelles. On essaie de se servir de ça au maximum parce que c’est une source illimitée de matériaux."


"Tu ne vas pas jeter du bois, c'est scandaleux"

L’idée est née en janvier 2018 lorsque, après une journée de travail, Katia rapporte des makis du restaurant dans lequel elle travaille. "Simon allait jeter les baguettes après avoir mangé et je lui ai dit : tu es ébéniste, tu ne vas pas jeter du bois, c’est scandaleux, explique Katia Shahbenderian, en charge de la gestion et du développement du projet. Il suffit de les nettoyer et on peut tout à fait les réutiliser. De là est partie une discussion. C’est comme ça que l’idée est née, tout simplement."

"On s’est rendu compte qu’il y avait énormément de déchets avec ces baguettes, ajoute Simon. Des déchets que tout le monde peut récupérer en les lavant et en n’allant pas en rechercher à chaque fois. Les baguettes passent au lave-vaisselle et en ressortent nickel. On essaie d’avoir un système le plus écolo possible, c’est vraiment de l’upcycling."


 




 

Vos commentaires