En ce moment
 

Des enfants s'improvisent policiers et distribuent des faux PV à Obourg: "Ça touche plus les parents"

Des élèves de 5e et 6e années primaires ont dressé des "procès-verbaux" ce mardi matin, à Obourg, dans la province du Hainaut. Ces faux procès-verbaux ont été distribués dans le but de conscientiser les parents à l'importance du code de la route.

Ils ont revêtu l'uniforme pour sensibiliser leurs parents. Des enfants, scolarisés en 5ème et 6ème années primaires, ont distribué des faux procès-verbaux dans les rues d'Obourg ce mardi matin.

En une demi-heure, plus de 30 PV ont ainsi été distribués, avec la complicité de l’inspectrice de quartier. Le but: rappeler aux parents le code de la route. 

Un conducteur qui dépasse la limitation de vitesse autorisée, un automobiliste garé sur le trottoir... Autant de délits que les enfants ont pu constater ce mardi.


Le message passe plutôt bien

Chaque jour, ces élèves constatent ces infractions dont ils pourraient être les premières victimes. "Si on a le téléphone c’est vraiment pas bien parce qu'on on ne fait pas attention à la voiture", rappelle l'un d'entre eux. "Ils sont mal garés et ne mettent pas leur ceinture", déplore un second enfant. 

Munis d'un questionnaire, les enfants relèvent de multiples infractions. Ils en profitent pour rappeler à chacun des automobilistes arrêtés l'importance de la loi. A noter que lorsque le message sort de la bouche des enfants, il passe relativement bien.


La sensibilisation avant la répression

"Je pense que quand les enfants sont impliqués, ça touche plus les parents", explique Annick Dutillieux, institutrice de 5e et 6e primaires, Ecole communale d’Obourg. 

"C'est pour leurs enfants et ceux des autres. Ils l'oublient facilement. Toute l'année, il faut le rappeler", déplore Christel Brohez, 1er inspecteur police de Mons-Quévy.

Lors de cette journée de sensibilisation, des bons points ont également été distribués. L’opération s’inscrit dans un plan d’actions "rentrée". La police passera ensuite à la répression, avec de vrais procès-verbaux.

Vos commentaires