En ce moment
 
 

Eric confronté à un faux pompier qui lui réclame des étrennes à Châtelet: "C'est un type menaçant et agressif"

Eric confronté à un faux pompier qui lui réclame des étrennes à Châtelet:
© Image d'illustration Belga

C'est désormais presque un classique en cette fin d'année : les escrocs qui se présentent à votre porte pour récolter des étrennes. Souvent, ils se font passer pour des pompiers ou des agents de société de propreté comme Hygea. Il s'agit en réalité de purs arnaqueurs qui tentent de vous soutirer des dons. L'un d'eux sévit actuellement à Châtelet.

À Châtelet, dans le Hainaut, un faux pompier sévit actuellement. "J'ai eu affaire à lui, et c'est un type menaçant et agressif", affirme Eric, via le bouton orange Alertez-nous. "Je lui ai dit que je n'avais pas de liquide : il a noté l'adresse et avec culot il m'a dit : 'Je repasserai'."

Eric nous a raconté sa confrontation avec ce faux pompier : un détail l'a particulièrement troublé. "Je regardais son badge bizarre sur son dessus rouge de faux pompier, et il m'a dit d'un ton menaçant : 'C'est dans les yeux qu'il faut me regarder'", se souvient Eric. 

Interpellé, il a prévenu la police, mais trop tard : l'escroc présumé était déjà parti. Ce faux pompier aurait déjà tenté de sonner à plusieurs reprises, selon Eric. Il redoute de devoir l'affronter à nouveau, puisque l'escroc a pris note de son adresse. "Je vais devoir refuser et l'affronter, puis recontacter la police", s'inquiète Eric. "Rien de très amusant, quoi."

Les pompiers ne font pas de porte-à-porte

Nous vous avions déjà signalé la présence de faux pompiers à Bruxelles. Dans ce cas-ci, que nous vous relations il y a quelques semaines, les pompiers rappelaient qu'ils ne faisaient plus de porte-à-porte pour récolter des étrennes. À Châtelet, le porte-à-porte est encore d'actualité, mais ce ne sont pas les pompiers eux-mêmes qui se présentent. "Les pompiers font encore du porte à porte, mais via une société civile mandatée par l'amicale des pompiers, pas par la zone de secours", informe le major Michel Mean, de la zone de secours Hainaut-Est.

Ces personnes ne sont donc pas des pompiers, et ne tenteront pas de vous faire croire le contraire. Comme Eric, il ne faut pas hésiter à scruter leur tenue. "Ils ont un ancien autocollant triangulaire des pompiers", poursuit le major. "Ils proposent une carte jaune signée, vendue au prix de 5 euros. Il n'y a aucune obligation d'achat, même si certains escrocs prétendent que si on n'achète pas, les pompiers ne passeront pas en cas d'incendie. Ça, c'est totalement faux, évidemment."

Les habitants peuvent se renseigner au 071 75 14 14, car un calendrier de passage existe. 

Le faux pompier a été signalé à plusieurs reprises

Nous avons contacté les autorités de la ville de Châtelet. Le porte-parole nous confirme qu'une association a bien une autorisation pour effectuer du porte-à-porte auprès des habitants. En revanche, l'individu signalé par Eric ne fait pas partie de cette association. "Plusieurs citoyens l'ont signalé, parfois en uniforme de pompier, parfois non", confirme Clément Roffeel, le porte-parole. "Il faut bien rappeler que jamais un pompier ne vient en uniforme."

De plus, cette personne serait très bien organisée, puisqu'elle utilise une fausse carte de pompier. "Selon la personne, il demande 5 ou 20 euros, il adapte son prix d'une personne à l'autre, ce qui n'est pas normal", indique le porte-parole.

L'association qui travaille avec les pompiers ne demande que 5 euros : il s'agit d'un prix fixe. "Les citoyens doivent contacter la police en cas de doute pour signaler cette personne", conseille Clément Roffeel. "Nous avons déjà eu des signalements de Farciennes, Châtelet et Aiseau-Presles, mais le faux pompier n'a pas encore été intercepté."

Le porte-parole insiste : il faut d'abord appeler la police, avant de poster le signalement sur les réseaux sociaux. Ainsi, les équipes peuvent intervenir au plus vite et intercepter le malotru. 

Vos commentaires