En ce moment
 

Procès d'un réseau de trafiquants de drogue à Charleroi: pas moins de 31 prévenus, du plus petit au plus gros

Le tribunal correctionnel de Charleroi a entamé mercredi l'examen d'un dossier de trafic de cocaïne et de cannabis entre la Belgique et les Pays-Bas entre janvier 2016 et mai 2017. Au total, 31 prévenus, dont plusieurs sont encore détenus, ont comparu et reconnaissent pour la plupart avoir écoulé plusieurs kilos par semaine. Le parquet a requis des confiscations de plus d'un million d'euros.

En mai 2017, la police fédérale de Charleroi, la police des Trieux et celle de la zone Germinalt menaient une série de perquisitions dans la région carolorégienne. Dans un premier temps, 19 personnes avaient été interpellées et d'importantes quantités de drogue et d'argent liquide avaient été saisies. L'enquête a démontré que les trafiquants ramenaient entre 20 et 30 kilos par semaine des Pays-Bas pour l'écouler sur notre territoire. Les investigations ont permis d'établir un organigramme de cette association où chacun des maillons avait un rôle à jouer. Ihar K., un Biélorusse, reconnaît avoir joué les fournisseurs pour l'un des dirigeants présumés, Martin A.. Il achetait la drogue aux Pays-Bas, la stockait et la vendait par kilos à son client. Patrice F. avoue également avoir fourni Martin A. à raison de 15 kilos par mois, soit une valeur marchande de 75.000 euros. Il affirme avoir récolté jusqu'à 300 euros de bénéfice par kilo écoulé. Le parquet a d'ailleurs réclamé la confiscation d'un million d'euros à son encontre, comme il l'a fait, à raison de plusieurs dizaines de milliers d'euros pour d'autres prévenus, sans parler des véhicules utilisés pour le trafic. Plusieurs suspects ont reconnu avoir joué le rôle de "nourrice" en stockant les produits stupéfiants pour Martin A. et Jonathan H.. La plupart des prévenus ont contesté soit la qualité de dirigeant lorsqu'elle leur était reprochée, soit l'association de malfaiteurs. Suite des débats le 12 mars.

Vos commentaires