En ce moment
 
 

Retour des gilets jaunes à Fleurus: une soixantaine de manifestants a bloqué le centre Bpost durant la nuit

Des membres du collectif "Actions citoyennes contre les mesures gouvernementales" ont mené une action de vendredi soir à samedi matin devant le centre de tri bpost d'Heppignies (Fleurus), a confirmé Christian Marit, chef de corps de la zone de police Brunau. Le rassemblement organisé dans le cadre du mouvement des Gilets Jaunes s'est déroulé pacifiquement, a souligné le gouverneur de la province de Hainaut Tommy Leclercq à l'agence Belga.

Vers 21h00, lorsque l'action a débuté, une vingtaine de gilets jaunes ont débarqué de neuf véhicules. On en décomptait ensuite une soixantaine aux alentours de 23h00.

La moyenne d'âge des personnes présentes était élevée et aucune trouble n'a été rapporté, a précisé M. Leclercq. L'action a été levée samedi matin à 08h00 après que les militants ont quitté petit à petit le zoning à partir de 06h00, a noté pour sa part M. Marit. Les protestataires ont réussi à bloquer un camion contenant quelques centaines de colis vers 22h00, a encore indiqué la porte-parole de bpost.

Le responsable du site est rapidement entré en contact avec les militants, ce qui a permis de laisser passer les véhicules privés du personnel. La distribution des paquets, destinés à une grande partie de la Région wallonne et dont le volume est bien moindre qu'en semaine, sera probablement reportée à lundi mais les journaux seront bien postés ce samedi, a assuré Barbara Van Speybroeck à Belga.

La période de fin d'année avec les fêtes est plus propice à ce genre d'actions 

La police avait dépêché une équipe sur place afin d'éviter d'éventuels débordements et d'organiser la circulation autour du centre bpost. Depuis l'après-midi vendredi, les polices locale et fédérale étaient prêtes à intervenir pour un "possible rassemblement significatif", plusieurs centaines de personnes ayant été annoncées, avec l'intention de se disperser, a détaillé le gouverneur de la province hennuyère.

Ce collectif, à l'origine des blocages des dépôts pétroliers en novembre 2018, a décidé de reprendre des actions vendredi dans la région de Charleroi pour dénoncer l'"inaction des politiques face aux enjeux sociaux, fiscaux et climatiques". D'autres actions sont d'ores et déjà programmées d'ici à décembre et en 2020, selon le collectif. "La période de fin d'année avec les fêtes est plus propice à ce genre d'actions et nous restons vigilants", a conclu M. Leclercq.

Vos commentaires